Accueil | Actualités | Médias | Marseille est-elle maltraitée par les médias ?
Pub­lié le 20 juin 2013 | Éti­quettes : , , ,

Marseille est-elle maltraitée par les médias ?

C'est ce que croit Jean-Claude Gaudin, le maire de la ville. Celui-ci n'est pas content de la façon dont les journalistes parlent de sa bonne ville « dans un grand nombre de médias et en particulier à la télévision ». Et pour le faire savoir, il n'a pas hésité à écrire au CSA.

« Depuis l'été dernier où des règlements de comptes se sont déroulés dans certaines cités HLM sur fond de trafic de drogue, écrit donc le maire de Marseille, la ville subit un procès à charge permanent ». « Marseille est toujours assimilée à la capitale du crime, là où règnent les meurtres à la kalachnikov ».

« Il existe une autre réalité marseillaise beaucoup plus positive qui, elle, n'est jamais mise en valeur », regrette l'élu. Il est vrai que cette année, Marseille est capitale européenne de la culture et que l'édile préfèrerait certainement qu'on parle, par exemple, de cet événement plutôt que des règlements de comptes entre truands et autres assassinats...

Ce n'est pas la première fois qu'un politique fait ainsi la leçon aux médias. Le maire de Marseille souhaite-t-il imposer un « quota d'information positive » ? On ne sait pas. Mais, ce qu'on sait, en revanche, c'est que, comme le note Renaud Revel, patron de la rubrique médias de L'Express, « ce ne sont pas les JT de 20 heures de TF1 ou de France 2 qui influeront sur la courbe du chômage ou sur le taux de criminalité de cette belle ville de Marseille ».

Source : L'Express - dessin : © Milady de Winter pour l'Ojim

Voir aussi : Un quota d’information positive ?

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux