Accueil | Actualités | Médias | Numéro 23 sauvée par le Conseil d’État, le CSA « consterné »
Pub­lié le 11 avril 2016 | Éti­quettes : , , , ,

Numéro 23 sauvée par le Conseil d’État, le CSA « consterné »

Le Conseil d'État a invalidé le 30 mars 2016 la décision du CSA, laquelle avait abrogé l'autorisation d'émettre de la chaîne Numéro 23. Olivier Schrameck s'est dit « consterné ».

Lors d'une audition devant la Commission des affaires culturelles, présidée par le député PS Patrick Bloche, le patron du CSA a déclaré : « Nous n'avons en aucune façon à nous faire juge de la décision du juge, quels que soient les sentiments de stupeur et de consternation que le collège du CSA a éprouvés lors de la réunion informelle qu'il a tenue immédiatement après l'annonce du Conseil d’État. »

Si le Conseil prend acte de cette décision, son « intime conviction » demeure intacte à propos de cette affaire : après s'être vu offrir la chaîne, et donc une fréquence publique rare, Pascal Houzelot l'a revendue en avril 2015 à NextRadioTV pour la coquette somme de 88,3 millions d'euros après des résultats médiocres, à la limite de la figuration (voir notre dossier).

Dans son allocution, Olivier Schrameck s'est également plaint de n'avoir « qu'un seul outil à sa disposition » (le retrait de la fréquence). « Notre pouvoir de sanction est tout de même extrêmement enserré et limité. Nous pensons qu'à partir du moment où un contrôle administratif nous est confié nous devons en avoir les moyens et ne pas nous trouver dans la situation d'être en défaillance de destination de documents très importants comme nous l'avons été », a-t-il conclu.

De son côté, le député socialiste Patrick Bloche a également fait part de sa « surprise » suite à la décision du Conseil d'État, permettant à Numéro 23 de continuer d'émettre après le 30 juin prochain, se disant par ailleurs « interpellé sur le plan législatif ».

Voir notre dossier consacré à l'affaire Numéro 23

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This