Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Non, Aphatie ne veut pas raser Versailles… mais bien ridiculiser la France
Publié le 

17 novembre 2016

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Non, Aphatie ne veut pas raser Versailles… mais bien ridiculiser la France

Non, Aphatie ne veut pas raser Versailles… mais bien ridiculiser la France

Qui s’y frotte s’y pique. Invité de Sonia Mabrouk dans « On va plus loin » sur Public Sénat, l’inénarrable Jean-Michel Aphatie aurait visiblement mieux fait de garder son humour douteux pour lui.

« Pour que nous n’al­lions pas là-bas en pèleri­nage pour cul­tiv­er la grandeur de la France. »

Alors qu’il s’ex­pri­mait sur l’élec­tion de Don­ald Trump à la tête des États-Unis, celui qui est actuelle­ment jour­nal­iste poli­tique sur fran­ce­in­fo et chroniqueur sur France 5 a évo­qué la sit­u­a­tion poli­tique française. Pour lui, « l’e­sprit poli­tique français est fab­riqué par le sou­venir de Louis XIV, de Napoléon et du général de Gaulle ». Et ça, c’est mal. D’ailleurs, il lance : « Moi, si un jour, je suis élu prési­dent de la République, savez-vous quelle est la pre­mière mesure que je prendrais ? Je raserais le Château de Ver­sailles ! »

Et d’in­sis­ter : « Ce serait ma mesure numéro 1. Pour que nous n’al­lions pas là-bas en pèleri­nage pour cul­tiv­er la grandeur de la France. » Évidem­ment, l’ex­trait n’a pas man­qué d’en­vahir rapi­de­ment les réseaux soci­aux et de provo­quer des réac­tions indignées.

À not­er que dans une précé­dente inter­ven­tion, sur BFMTV celle là, Aphatie, non con­tent de la vic­toire élec­torale de Don­ald Trump, appelait à s’in­ter­roger sur le suf­frage uni­versel. Une réflex­ion digne d’être menée, certes, mais pour quelqu’un qui se pare des habits de démoc­rate unique­ment lorsque cela l’arrange, le pro­pos a de quoi être ajouté à son dossier.

Tweet de M. Maréchal Le Pen : https://twitter.com/Marion_M_Le_Pen/status/797825090603909120?ref_src=twsrc%5Etfw

Dépassé par les réac­tions hos­tiles, le chroniqueur s’est fendu, mar­di, d’un bil­let sur son blog afin de s’ex­pli­quer. « Évidem­ment, il s’agis­sait d’une boutade », a‑t-il écrit. Pour lui, il était seule­ment ques­tion d’ex­primer un raison­nement : « ras-le-bol de ces hommes poli­tiques qui croient que la poli­tique peut tout faire, l’époque des grands rois est ter­minée, ces­sons de nous croire à des temps qui ne sont plus, s’ils ont jamais été. » Ain­si, si le fait de ras­er Ver­sailles était à pren­dre au sec­ond degré, en revanche, « cul­tiv­er la grandeur de la France » est bel et bien mal­venu.

Plus loin, il s’en prend à ses prin­ci­paux détracteurs dont François-Xavier Bel­lamy, « auto­proclamé pro­fesseur de philoso­phie » et qual­i­fié de « philosophe endi­manché du dimanche ». Aus­si, Jean-Christophe Buis­son en prend pour son grade, lui l’« archi­tecte d’un des innom­brables Figaro-quelque-chose, dont l’é­pais­seur de l’in­tel­li­gence qu’il s’ac­corde a depuis longtemps dilaté le crâne ». Mais ce qui l’a le plus « sur­pris », c’est « la hargne et la vio­lence des “patri­otes” qui me sont tombés sur le poil ». En effet, « depuis que les sondages prédis­ent que Marine Le Pen va entr­er à l’Élysée, ils déploient leur sec­tarisme à pro­pos de tout, et surtout à pro­pos de rien. Pour eux, il n’ex­iste qu’une façon d’être Français, la leur, et ils enten­dent bien l’im­pos­er à coups de bâton à tous ceux dont la bobine leur déplaît », estime-t-il.

Certes, il n’ex­iste pas qu’une seule façon d’être Français. Mal­gré tout, ras­er Ver­sailles ne fait a pri­ori pas par­tie des critères req­uis, pas plus que cette pos­ture arro­gante inter­dis­ant de vouloir porter son pays à de grandes des­tinées, ne serait-ce que sym­bol­ique­ment. Pour finir sur une note de cynisme, Aphatie ter­mine son bil­let en expli­quant qu’il va aller vision­ner un reportage sur le château de Ver­sailles, un château con­stru­it « il y a longtemps de cela » (insiste-t-il) et qui est « tou­jours plaisant à vis­iter ». Com­prenez : Ver­sailles, comme la France, appar­ti­en­nent désor­mais au pat­ri­moine. Aux ruines de l’his­toire.

Voir aussi : Jean-Michel Aphatie, portrait

Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo Pub­lic Sénat (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision