Accueil | Actualités | Médias | Non, Aphatie ne veut pas raser Versailles… mais bien ridiculiser la France
Pub­lié le 17 novembre 2016 | Éti­quettes :

Non, Aphatie ne veut pas raser Versailles… mais bien ridiculiser la France

Qui s'y frotte s'y pique. Invité de Sonia Mabrouk dans « On va plus loin » sur Public Sénat, l'inénarrable Jean-Michel Aphatie aurait visiblement mieux fait de garder son humour douteux pour lui.

« Pour que nous n'allions pas là-bas en pèlerinage pour cultiver la grandeur de la France. »

Alors qu'il s'exprimait sur l'élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, celui qui est actuellement journaliste politique sur franceinfo et chroniqueur sur France 5 a évoqué la situation politique française. Pour lui, « l'esprit politique français est fabriqué par le souvenir de Louis XIV, de Napoléon et du général de Gaulle ». Et ça, c'est mal. D'ailleurs, il lance : « Moi, si un jour, je suis élu président de la République, savez-vous quelle est la première mesure que je prendrais ? Je raserais le Château de Versailles ! »

Et d'insister : « Ce serait ma mesure numéro 1. Pour que nous n'allions pas là-bas en pèlerinage pour cultiver la grandeur de la France. » Évidemment, l'extrait n'a pas manqué d'envahir rapidement les réseaux sociaux et de provoquer des réactions indignées.

À noter que dans une précédente intervention, sur BFMTV celle là, Aphatie, non content de la victoire électorale de Donald Trump, appelait à s'interroger sur le suffrage universel. Une réflexion digne d'être menée, certes, mais pour quelqu'un qui se pare des habits de démocrate uniquement lorsque cela l'arrange, le propos a de quoi être ajouté à son dossier.

Tweet de M. Maréchal Le Pen : https://twitter.com/Marion_M_Le_Pen/status/797825090603909120?ref_src=twsrc%5Etfw

Dépassé par les réactions hostiles, le chroniqueur s'est fendu, mardi, d'un billet sur son blog afin de s'expliquer. « Évidemment, il s'agissait d'une boutade », a-t-il écrit. Pour lui, il était seulement question d'exprimer un raisonnement : « ras-le-bol de ces hommes politiques qui croient que la politique peut tout faire, l'époque des grands rois est terminée, cessons de nous croire à des temps qui ne sont plus, s'ils ont jamais été. » Ainsi, si le fait de raser Versailles était à prendre au second degré, en revanche, « cultiver la grandeur de la France » est bel et bien malvenu.

Plus loin, il s'en prend à ses principaux détracteurs dont François-Xavier Bellamy, « autoproclamé professeur de philosophie » et qualifié de « philosophe endimanché du dimanche ». Aussi, Jean-Christophe Buisson en prend pour son grade, lui l'« architecte d'un des innombrables Figaro-quelque-chose, dont l'épaisseur de l'intelligence qu'il s'accorde a depuis longtemps dilaté le crâne ». Mais ce qui l'a le plus « surpris », c'est « la hargne et la violence des "patriotes" qui me sont tombés sur le poil ». En effet, « depuis que les sondages prédisent que Marine Le Pen va entrer à l’Élysée, ils déploient leur sectarisme à propos de tout, et surtout à propos de rien. Pour eux, il n'existe qu'une façon d'être Français, la leur, et ils entendent bien l'imposer à coups de bâton à tous ceux dont la bobine leur déplaît », estime-t-il.

Certes, il n'existe pas qu'une seule façon d'être Français. Malgré tout, raser Versailles ne fait a priori pas partie des critères requis, pas plus que cette posture arrogante interdisant de vouloir porter son pays à de grandes destinées, ne serait-ce que symboliquement. Pour finir sur une note de cynisme, Aphatie termine son billet en expliquant qu'il va aller visionner un reportage sur le château de Versailles, un château construit « il y a longtemps de cela » (insiste-t-il) et qui est « toujours plaisant à visiter ». Comprenez : Versailles, comme la France, appartiennent désormais au patrimoine. Aux ruines de l'histoire.

Voir aussi : Jean-Michel Aphatie, portrait

Crédit photo : capture d'écran vidéo Public Sénat (DR)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This