Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Sur Europe 1, liberté (seulement) pour Aphatie ?

27 septembre 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Sur Europe 1, liberté (seulement) pour Aphatie ?

Sur Europe 1, liberté (seulement) pour Aphatie ?

Les médias officiels adoreraient la liberté d’expression. La preuve, ils prétendent être aux commandes pour la défendre. Du coup, elle pourrait être sauvée ? Alors, Europe 1 a créé « Aphatie en liberté ».

Lors du récent mer­ca­to de ren­trée, habituel jeu de chais­es mati­nales dans les stu­dios et sur les plateaux, Jean-Michel Aphatie est passé de Fran­ce­in­fo où il offi­ci­ait à l’interview poli­tique du matin, en com­pag­nie de Bruce Tou­s­saint, à Europe 1, radio dont la mati­nale bat­tait de l’aile sous l’égide de l’ancien héraut de France Inter, Patrick Cohen. Vous suiv­ez ? Non ? Ce n’est pas grave : les stu­dios changent mais non le con­tenu des voix, et celles-ci tien­nent en gros tou­jours le même dis­cours. Bien sûr, les résul­tats en ter­mes d’audience ne sont pas tou­jours au ren­dez-vous, ceci expli­quant cela. En cette ren­trée, Patrick Cohen a été débar­qué de la mati­nale d’Europe 1 et la radio a fait appel à Nikos Alia­gas, anci­enne vedette de TF1, pour sauver le navire. Ce dernier compte juste­ment sur le recrute­ment d’Aphatie. Rien de neuf, donc ? En apparence, seule­ment. Pourquoi ? Jusque-là, Aphatie se libérait seul et con­fondait jour­nal­isme et mil­i­tan­tisme. Main­tenant, il n’a plus de masque : il est là, dans le stu­dio, pour être « Aphatie en lib­erté ». Autrement dit, pour exprimer libre­ment ses opin­ions, cette même lib­erté dont l’évidence oblige de dire qu’il la réclame sou­vent pour autrui, ain­si récem­ment au sujet de Zem­mour. Cet extrait de pas­sage à la télévi­sion ajouté à sa nou­velle rente de sit­u­a­tion sur Europe 1 mon­tre un change­ment impor­tant : Jean-Michel Aphatie n’est plus un jour­nal­iste mil­i­tant tra­vail­lant pour un média mais un invité réguli­er mil­i­tant, ayant apparence de jour­nal­iste et donc payé comme tel. Cette évo­lu­tion, en péri­ode de volon­té de réor­gan­i­sa­tion de ce qui est autorisé à se penser dans les médias et sur les réseaux soci­aux, méri­tait un petit pot-pour­ri des récentes chroniques « en lib­erté » d’Aphatie.

Europe 1 libère l’expression d’Aphatie

On pour­rait sup­pos­er que cette expres­sion était bridée, il n’en est évidem­ment rien. Aphatie a été et est partout depuis de très longues années. En tout cas, dans sa nou­velle mati­nale, Nikos Alia­gas, lui offre une chronique dite « en lib­erté ». Une lib­erté qu’Aliagas qual­i­fie, pour l’annoncer, de « coup de gueule ». La lib­erté d’Aphatie, pour quoi faire ?

Lun­di 17 sep­tem­bre 2018, Aphatie est libre au sujet de la sor­tie d’Emmanuel Macron pro­posant à un chômeur de tra­vers­er la rue afin de trou­ver un emploi. Qu’en pense Jean-Michel ?

  • « Depuis, il y a beau­coup de cri­tiques, alors on se demande : est-ce qu’il a fait une boulette, Emmanuel Macron, ou pas ? »
  • « C’est vrai que la réponse est un peu vive, sans doute, inat­ten­due (…) mais il n’y a pas de mépris dans la réponse, au fond il n’y a pas d’agressivité. Que dit Emmanuel Macron ? Ben, bougez-vous, prenez-vous en main (…) Faites quelque chose, réagis­sez ».
  • « Il n’y a rien de scan­daleux là-dedans, des mil­liers de par­ents dis­ent cela tous les jours à leurs enfants ».
  • Ques­tion d’Aliagas : « Mais alors pourquoi les gens réagis­sent à votre avis ? »
  • « Mais parce que c’est Emmanuel Macron. Il y a aujourd’hui une hys­térie autour de Macron »
  • « Franche­ment same­di, ya pas de quoi fou­et­ter un chat ».

Mar­di 19 sep­tem­bre 2018, Aphatie s’intéresse au min­istre de l’intérieur Gérard Col­lomb, lequel vient d’annoncer sa volon­té de quit­ter le gou­verne­ment pour briguer à nou­veau la mairie de Lyon. Qu’en pense Jean-Michel ?

  • « Sit­u­a­tion anor­male. Nor­male­ment, quand un min­istre dit “Je pars”, ben il part. Mais un min­istre qui dit “Je pars mais pas tout de suite, donc je reste”, ça c’est… on n’a jamais vu. Du coup ça affaib­li immé­di­ate­ment sa fonc­tion (…) son min­istère (…) L’État (…) le gou­verne­ment ».
  • « Quand il va aller dans sa ville, qu’est-ce qu’on va dire ? Il est plus min­istre. Il fait cam­pagne. L’intérêt général est bien servi comme cela ? »

Le min­istre déci­dant seul :

  • « C’est l’autorité d’Emmanuel Macron qui est affaib­lie. Cela fait beau­coup de dégâts. Edouard Philippe, c’est le pre­mier min­istre, d’un gou­verne­ment en per­pétuel remaniement. Déjà, avant, ses rela­tions n’étaient pas bonnes avec Gérard Col­lomb, vous croyez qu’elles vont s’améliorer là ? »
  • « C’est une sit­u­a­tion, que crée Gérard Col­lomb, qui est ris­i­ble, peut-être dan­gereuse, sans doute inten­able et pra­tique­ment inac­cept­able. On se demande com­ment Gérard Col­lomb ne se rend pas compte, et on se dit aus­si, curieuse­ment, que le pre­mier min­istre et le prési­dent de la République devraient avoir davan­tage d’exigences avec leurs min­istres ».

Ven­dre­di 21 sep­tem­bre 2018, Aphatie s’intéresse à la psy­chi­a­trie et à Marine Le Pen, laque­lle est depuis longtemps son dada. Présen­ta­tion d’Aliagas : « Polémique avec Marine Le Pen, mise en exa­m­en après la dif­fu­sion d’images d’exécution de l’Etat Islamique. Et les juges, dans le cadre de la procé­dure, lui deman­dent de se pli­er à des tests psy­chi­a­triques ». Qu’en pense Jean-Michel, du cerveau de cette femme poli­tique ?

  • Aphatie ne peut réprimer un immense sourire de sat­is­fac­tion quand il com­mence ain­si : « Oui, exper­tise psy­chi­a­trique, dans cette affaire il faut bien le dire on est chez les fous. 16 décem­bre 2015, Marine Le Pen pub­lie sur son compte Twit­ter offi­ciel, tout à coup, à la sur­prise générale, des images mon­trant des per­son­nes exé­cutées par Daech. C’est vio­lent et une dif­fu­sion d’images vio­lentes sur inter­net, ça vous vaut une mise en exa­m­en automa­tique, et ça c’est bien fait pour Marine Le Pen ».

Les derniers mots de cette cita­tion ne man­quent pas d’intérêt.

  • « Et après, la jus­tice se demande : est-ce qu’elle est nor­male, et alors elle rend des comptes et c’est très bien, ou alors est-ce qu’il y a un trou­ble pour pub­li­er ce type d’images, elle peut être déclarée irre­spon­s­able, et donc il n’y a pas de procès ».
  • « On peut être opposé à Marine Le Pen, on sait bien qu’elle est pas folle (…) Par ailleurs, on con­naît les cir­con­stances qui ont poussé Marine Le Pen à pub­li­er ces images. 16 décem­bre 2015, Jean-Jacques Bour­din reçoit sur RMC l’islamologue Gilles Kepel, et Bour­din se lance dans un par­al­lèle foireux entre le FN et Daech en dis­ant, je cite que le repli iden­ti­taire est finale­ment une com­mu­nauté d’esprit entre le FN et Daech, c’est n’importe quoi. Et Marine Le Pen réag­it de travi­o­le en met­tant ces images sur twit­ter »
  • « Donc elle n’est pas folle, il n’y a pas besoin d’expertise psy­chi­a­trique, c’est une évi­dence, c’est presque un scan­dale. Il faut se pencher deux sec­on­des sur les juges de Nan­terre, ils ont bien dû se mar­rer entre eux : “dis donc, t’es pas capa­ble d’envoyer une exper­tise psy­chi­a­trique à Marine Le Pen… Tu vas voir si je suis pas capa­ble, tiens” (rire d’Aliagas), en fait, c’est potache au tri­bunal de Nan­terre, et nous on en fait évidem­ment beau­coup ».
  • « On peut con­clure comme cela ce matin, on est tous dingues »

Il n’a pas tort Aphatie : ils sont tous dingues. Pourquoi ? Aucun sujet traité lors de cette semaine, aucune opin­ion du chroniqueur ne présente le moin­dre car­ac­tère essen­tiel. Il s’agit sim­ple­ment d’un com­men­taire, depuis la cour de récréa­tion, sur ce qui se passe dans cette même cour de récréa­tion médi­a­tique. Il n’y a aucun vrai sujet, à aucun moment, et pour­tant Aphatie en fait des chroniques. On peut être en désac­cord ou en accord avec les avis et opin­ions de Jean-Michel Aphatie, trans­for­mé chaque matin en com­men­ta­teur per­son­nel de la vie poli­tique. Mais ce n’est pas la ques­tion. Cette dernière est plus sim­ple : quelle est la légitim­ité de Jean-Michel Aphatie ? Plus pré­cisé­ment : qu’est-ce qui légitime son pas­sage du statut de jour­nal­iste à celui d’invité quo­ti­di­en à don­ner son opin­ion per­son­nelle à toute la France, sur des non-sujets ? Europe 1 ne pour­rait-elle pas don­ner la parole à des inter­venants intéres­sants, légitimes, sur des sujets d’importance, autrement dit à arrêter de croire que les audi­teurs sont des niais ? Un peu d’intelligence et de finesse d’esprit, des sujets et non pas des his­to­ri­ettes insignifi­antes de cour de récréa­tion de cette école pri­maire que sem­ble être devenu le Paris médi­a­tique, qui sait ? Cela redor­erait peut-être le bla­son de cette mati­nale et aug­menterait l’audience de la chaine.

Voir aussi

Jean-Michel Aphatie

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision