Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jean-Michel Aphatie, approximations, mensonges et vidéo

2 août 2018

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Jean-Michel Aphatie, approximations, mensonges et vidéo

Jean-Michel Aphatie, approximations, mensonges et vidéo

Red­if­fu­sion. Pre­mière dif­fu­sion le 4 juil­let 2018

Quand il reçoit un élu de droite, Jean-Michel Aphatie cesse d’être journaliste pour devenir ce qu’il est réellement, un militant : le fait est connu. Il s’est cependant surpassé en cette dernière semaine de fin juin 2018.

Jean-Michel Aphatie n’est pas un per­dreau jour­nal­iste de l’année, il approche même plutôt de la retraite. On ne compte plus le nom­bre d’années où le faux jour­nal­iste écume les plateaux de télévi­sion et les stu­dios de radio, par­fois dans le privé, d’autres fois payé par l’État, comme actuelle­ment sur Fran­ce­in­fo durant la mati­nale. C’est le « 8 h 30 Tou­s­saint Aphatie » qui devient chaque jour un peu plus une tri­bune idéologique où le statut de jour­nal­iste des ani­ma­teurs est depuis belle lurette passé à la trappe. Fin juin 2018, l’émission, car­i­cat­u­rale en règle générale, est dev­enue encore pire : la car­i­ca­ture d’elle-même.

Aphatie, c’est le gars de la Marine

Jean-Michel Aphatie n’est jamais aus­si mil­i­tant que lorsqu’il reçoit Marine Le Pen, exer­ci­ce au cours duquel le pseu­do jour­nal­iste est per­suadé de con­duire une avant-garde con­tre la fameuse « bête immonde ». Aphatie, c’est vrai­ment le gars de la Marine, et cela s’est con­fir­mé le 25 juin 2018. Une émis­sion tout en ten­ta­tives de manip­u­la­tion, morgue et détes­ta­tion à peine ren­trée. Quelques exem­ples, sans exhaus­tiv­ité :

  • Marine Le Pen, respon­s­able poli­tique, répond à une ques­tion du jour­nal­iste au sujet de l’efficacité pos­si­ble ou non des som­mets à venir de l’UE con­cer­nant l’immigration. Elle prononce ces mots : « L’Union Européenne souhaite qu’il y ait une immi­gra­tion forte ». Ce qui est un fait, et une volon­té exprimée à maintes repris­es par nom­bre de respon­s­ables poli­tiques de l’UE, élus ou non. C’est aus­si une analyse et un con­seil issus de travaux de l’ONU. Inter­ven­tion immé­di­ate d’Aphatie qui, dès la pre­mière minute, revêt sa cas­quette mil­i­tante : « Souhaitée ? C’est pas une immi­gra­tion souhaitée (l’air inno­cent). Les flux migra­toires qui vien­nent d’Afrique, per­son­ne ne les souhaite ». Il est aisé d’imaginer le vis­age sur­pris de la majeure par­tie des audi­teurs. L’invitée répond que si, Aphatie inter­vient : « Ah bon ? ».
  • Le sujet est cen­tral pour Aphatie, inter­na­tion­al­iste ten­dance années 60. Son invitée indique les argu­ments de l’UE en faveur de l’immigration, argu­ments qui sont pronon­cés par divers com­mis­saires européens et repren­nent sim­ple­ment le rap­port de l’ONU cité plus haut. Rien de cela ne tient selon le mil­i­tant payé par la radio d’État (et par vous) : « Tous ces gens qui sont enfer­més en Libye pen­dant des mois, avant de par­tir sur des radeaux de for­tune, per­son­ne ne souhaite ça. Per­son­ne, on ne peut pas dire ça… c’est très curieux ça ». Aphatie insiste en met­tant en scène le mélo­drame, évo­quant les « souf­frances » (réelles). Son invitée explique que cer­taines ONG jouent un jeu trou­ble : là, Aphatie n’intervient pas.
  • Marine Le Pen explique en quoi la sup­pres­sion des fron­tières ain­si que les gou­verne­ments en place depuis 30 ans sont les pre­miers respon­s­ables de la sit­u­a­tion actuelle. Aphatie n’intervient pas car… il n’écoute pas (4’) et sem­ble chercher un argu­ment pour attein­dre son objec­tif dans cet entre­tien : le mil­i­tant voudrait faire accroire que Marie Le Pen ne serait pas « human­iste ». Il relance alors au sujet du Life­line, navire en attente d’un port. « Il y a 239 per­son­nes à bord, des femmes des enfants, qu’est-ce qu’on fait ? ». Aphatie se garde d’indiquer le très faible nom­bre de femmes et d’enfants. L’invitée indique qu’ils doivent être ramenés en Libye. Aphatie con­sid­ère que les ramen­er en Libye con­siste à les met­tre en insécu­rité : « Le pas­sage en Libye est sou­vent épou­vantable ». Aphatie n’écoute à aucun moment aucun argu­ment, con­sid­érant que la respon­s­abil­ité de la sit­u­a­tion ne viendrait pas des gou­ver­nants actuels mais plutôt de ceux qui… n’exercent pas le pou­voir, les pop­ulistes.
  • Inter­ven­tion intéres­sante de Bruce Tou­s­saint, qui, lui, souhaite savoir ce que Marine Le Pen entend quand elle met en cause les ONG. Il s’agit de met­tre en doute la cri­tique portée con­tre l’ONG agis­sant avec ce navire. Une inter­ven­tion d’autant plus savoureuse que… le jeu­di 28 juin suiv­ant le prési­dent de la République Emmanuel Macron portera exacte­ment la même cri­tique lors de sa vis­ite au Vat­i­can, cette même cri­tique qui, lun­di 25 juin, sem­ble fas­cisante pour Tou­s­saint et Aphatie. Fas­cisante et « fausse ».
  • À 6’45, Aphatie tente une sor­tie avec un graphique, mon­trant que « Le pic de cette immi­gra­tion mas­sive a été atteint en 2015 (…) Les chiffres ont con­sid­érable­ment été réduits ». L’auditeur a un peu du mal à y croire, se deman­dant un instant si le réel des rues cor­re­spond à celui dans lequel Aphatie passe ses journées. Marine Le Pen con­teste, indi­quant qu’il y a énor­mé­ment de « pres­sion », ce que con­firmera le prési­dent de la République en fin de semaine en employ­ant exacte­ment les mêmes mots. Surtout, le 26 juin 2018, les chiffres de la CIMADE tombent : la France a accueil­li qua­tre fois plus de migrants en 2017 qu’en 2015. Le con­traire des pro­pos du jour­nal­iste, lequel s’en moque puisque son objec­tif n’est ni la vérité ni le réel mais le dén­i­gre­ment de son invitée, et des idées qu’elle défend.
  • À la ques­tion « Pourquoi en Europe ? », au sujet du lieu d’accueil des bateaux, et « pourquoi pas la Tunisie », Aphatie et Tou­s­saint ne répon­dent pas. Aphatie vise ailleurs : Salvi­ni et les méchants de droite ital­iens. Salvi­ni serait « respon­s­able de la tem­pête qui sec­oue l’Europe ». Aphatie par­le d’un « mou­ve­ment nation­al­iste », Marine Le Pen répond « sou­verain­iste », Aphatie mime que le choix des mots serait sans impor­tance. C’est oubli­er le fameux « le nation­al­isme c’est la guerre », ressor­ti à toutes les sauces élec­torales. « C’est votre ami ? ». Réponse : « Oui, c’est mon ami ». Le manip­u­la­teur est sat­is­fait : « On peut l’écouter ». C’est son but, depuis plus de vingt ans : mon­tr­er que ses adver­saires poli­tiques, en tant que mil­i­tant masqué en jour­nal­iste, auraient des amis infréquenta­bles. Extrait de Salvi­ni : « on a besoin d’un net­toy­age de masse ». Aphatie : « Il est un peu raciste, Salvi­ni ». L’auditeur attend ici que Aphatie fasse état, en tant que jour­nal­iste, d’un fait, par exem­ple d’une déci­sion de jus­tice, accrédi­tant ce qu’il dit en tant que jour­nal­iste (car il est jour­nal­iste et non invité en cette émis­sion). Mais non. Manip­u­la­tion ? Aphatie n’a pas indiqué le con­texte de cette phrase, laque­lle évo­quait la manière dont la mafia prospère sur la mis­ère des migrants. Aphatie : « il prospère sur la peur des étrangers », autrement dit il serait xéno­phobe.
  • Extrait de Macron ensuite, évo­quant « la lèpre » au sujet des poli­tiques pop­ulistes en Europe et de leurs électeurs. Aphatie ne s’offusque pas de la vio­lence de ce mot. Plus avant : évo­quant la Pologne, Aphatie indique que ce pays « prend tout ce qu’il veut mais ne donne rien ». Suit un ricane­ment. Comme si un pays devait naturelle­ment accepter des clan­des­tins sur son ter­ri­toire.
  • Le moment est alors celui de « l’ultra droite », un groupe de dix mem­bres arrêtés dimanche 24 juin. « Des gens qui pour­raient s’en pren­dre à des musul­mans sur le ter­ri­toire français ». Son invitée se félicite que le ter­ror­isme sous toutes ses formes, y com­pris celui-là soit com­bat­tu. Aphatie ayant l’ambition d’amalgamer le par­ti poli­tique de son invitée avec des per­son­nes telles que celles arrêtées insiste : « Ultra droite ? C’est un qual­i­fi­catif que vous com­prenez ? Vous n’avez pas grand-chose à voir avec l’ultra droite ? (…) Par­fois, on dit qu’il y a des courants iden­ti­taires dont vous pou­vez être proches, avec des gens tra­vail­lant pour vous ? Des gens avec qui vous pou­vez tra­vailler qui ont eu dans le passé des engage­ments dans l’ultra droite ?». Son invitée lui demande de ne pas faire d’amalgame et de ne pas sug­gér­er de lien entre les per­son­nes arrêtées et des mem­bres de son par­ti.

Une émis­sion sournoise­ment à charge où le mil­i­tant Aphatie tente de piéger son invitée pour l’amalgamer à cette « lèpre » évo­quée par le prési­dent de la République. Une émis­sion et des pra­tiques dev­enues hors sol tant ce qui men­ace réelle­ment l’Europe (immi­gra­tion mas­sive, islami­sa­tion, ter­ror­isme et meurtres sauvages d’européens, et sin­gulière­ment de Français) sem­ble pass­er très au-dessus de la tête du mil­i­tant. Au point qu’Aphatie ne se rend pas compte de ce qui est vrai­ment choquant. Il par­le de l’entrée de Simone Veil au Pan­théon, tente de piéger son invitée au sujet de l’avortement, mais ne se choque pas de ce qu’elle annonce : bien que chef d’un mou­ve­ment poli­tique représen­tant env­i­ron 20 à 25 % des électeurs, elle n’est pas invitée pour la céré­monie au Pan­théon.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.