Accueil | Actualités | Médias | Myriam Encaoua reconnaît sur i>Télé que les médias « brouillent » le message du FN
Pub­lié le 11 janvier 2017 | Éti­quettes : , ,

Myriam Encaoua reconnaît sur i>Télé que les médias « brouillent » le message du FN

Invité le 5 janvier 2017 de la matinale info d'i>Télé, Gilbert Collard était interrogé par la journaliste Myriam Encaoua sur une série de sujets d'actualité.

Après avoir évoqué les deux ans de l'attaque de Charlie Hebdo, celle-ci interroge le député Rassemblement Bleu Marine du Gard sur la campagne de Marine Le Pen, une campagne qui semble se préparer « sans les journalistes ». « Elle se fait beaucoup sur les réseaux sociaux cette campagne, sans filtre », a-t-elle lancé.

Et le membre du Bureau politique du Front National de rétorquer : « Oui, on a envie d'avoir un contact direct avec le peuple, on n'a pas besoin de vous. » De quoi visiblement agacer certains journalistes, à l'image de M. Encaoua, qui n'a d'ailleurs pas manqué de souligner que lorsque le FN s'exprime directement sur les réseaux sociaux, il « passe un message qui ne peut pas être directement brouillé ou critiqué par l'intermédiaire d'un journaliste »...

« Parce que vous brouillez les messages ? Vous vous rendez compte de l'aveu que vous venez de faire là ? », lui fait remarquer un Gilbert Collard plutôt satisfait de ce lapsus. Car c'en est bien un. Très actif sur les réseaux sociaux, et y rencontrant un succès croissant, le Front National semble bien décidé à exploiter ce nouveau canal d'influence en se passant de la déformation des médias.

« Voilà pourquoi on a besoin des réseaux sociaux, a-t-il poursuivi. Parce qu'on a besoin d'avoir affaire à une communication qui ne peut pas être brouillée ni biaisée, ce qui n'est pas le cas de tous les journalistes. » Et celui-ci de conclure en remarquant que, malgré tout, « très souvent il y a une tendance confortable à défigurer ce qu'on dit, parce que ça fait bien, comme ça on va au paradis médiatique ».

Nul doute que le lancement de la campagne pour l'élection présidentielle nous apportera toutes les réponses nécessaires au sujet de ce « filtre » de plus en plus visible.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This