Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Minute victime d’acharnement judiciaire ?

28 septembre 2014

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Minute victime d’acharnement judiciaire ?

Minute victime d’acharnement judiciaire ?

François Hollande va-t-il réussir là où ses prédécesseurs avaient échoué ? Du général de Gaulle à Sarkozy en passant par Giscard, Mitterrand et Chirac, aucun président n’a jamais réussi à tuer l’hebdomadaire satirique, insolent et anticonformiste qui a toujours fait office de poil à gratter dans le milieu de la presse. Mais la guerre à mort que lui a déclarée le pouvoir en place, et la succession de procès qui en découle, pourrait bien changer la donne…

Minute com­para­is­sait ain­si le 24 sep­tem­bre dernier devant la 17ème cham­bre du tri­bunal cor­rec­tion­nel de Paris pour sa Une sur Taubi­ra datée du 13 novem­bre 2013 et titrée : « Maligne comme un singe. Taubi­ra retrou­ve la banane ». Qua­tre asso­ci­a­tions (financées par nos impôts) s’étaient portées par­ties civiles… dont le Bureau nation­al de vig­i­lance con­tre l’antisémitisme !

L’affaire est révéla­trice de la guerre d’usure que le pou­voir a déclarée à l’hebdomadaire. Les pour­suites ont en effet été engagées sur dénon­ci­a­tion auprès du pro­cureur général de Jean-Marc Ayrault, alors Pre­mier Min­istre… Elle est aus­si révéla­trice d’un drôle de mélange des gen­res. Com­ment ren­dre une jus­tice sere­ine quand la vic­time se trou­ve être la min­istre de la Jus­tice, c’est à dire la min­istre de tutelle du tri­bunal et la supérieure hiérar­chique du par­quet ? « Quand la poli­tique entre dans le pré­toire, la jus­tice en sort », a ain­si affir­mé l’avocat du dessi­na­teur David Miège, lui aus­si attaqué pour un dessin paru quinze jours plus tôt. On y voy­ait un petit singe pleur­nichant à côté d’un avo­cat, lequel expli­quait que son client por­tait plainte pour avoir été odieuse­ment car­i­caturé en Chris­tiane Taubi­ra… Une blague à la Desprog­es (le titre de la chronique heb­do­madaire du dessi­na­teur – « La Minute néces­saire de Miège » – est du reste une allu­sion directe à la « Minute néces­saire de mon­sieur Cyclopède ») et une vieille tra­di­tion de la car­i­ca­ture qui remonte aux fabli­aux médié­vaux et à La Fontaine… qui n’a pour­tant pas plu au tri­bunal.

Trois mois de prison avec sur­sis et 10 000 euros d’amende ont ain­si été req­uis con­tre le directeur de la pub­li­ca­tion de Minute, Jean-Marie Moli­tor, pour la Une sur Taubi­ra, plus un mois avec sur­sis et 5000 euros pour le dessin de Miège. Con­tre le dessi­na­teur, le pro­cureur Aurore Chau­velot a req­uis 2000 euros d’amende dont la moitié avec sur­sis. Le tri­bunal a mis sa déci­sion en délibéré au 30 octo­bre.

Pour mémoire, rap­pelons qu’en novem­bre 2011, l’animateur Lau­rent Ruquier avait exhibé dans son émis­sion « On n’est pas couché » deux dessins de Char­lie Heb­do. L’un représen­tait l’arbre généalogique de Marine Le Pen sous la forme d’une croix gam­mée avec le vis­age de la prési­dente du Front nation­al au cen­tre ; l’autre représen­tant une affiche de cam­pagne avec un étron fumant et la légende : « Marine Le Pen, la can­di­date qui vous ressem­ble ».

Minute victime d’acharnement judiciaire ?

Minute vic­time d’acharnement judi­ci­aire ?

Mais le pro­cureur de la même cham­bre avait alors estimé que Ruquier n’avait pas injurié Marine Le Pen, son émis­sion étant « une émis­sion humoris­tique ». Pour la jus­tice, il est donc insul­tant, raciste et sérieux de car­i­ca­tur­er Chris­tine Taubi­ra en petit singe mais amu­sant, flat­teur et humoris­tique de représen­ter Marine Le Pen en nazi ou en déjec­tion.

Idem pour Chris­tine Lagarde car­i­caturé en chien sur Canal+ par un Nico­las Dom­e­n­ach hilare, le même Dom­e­n­ach qui estime que com­par­er Taubi­ra à un singe revient à « nier son human­ité » (voir ce petit mon­tage élo­quent).

Mais le plus drôle (si l’on peut dire), c’est qu’au moment même où Miège pub­li­ait son dessin dans Minute (octo­bre 2013), Char­lie-Heb­do en pub­li­ait un autre, signé du directeur de la pub­li­ca­tion Charb en per­son­ne, lequel représen­tait Taubi­ra… en singe !

Per­son­ne n’ayant songé à atta­quer le jour­nal gauchiste, et celui-ci ayant vigoureuse­ment et courageuse­ment con­damné Minute, aucune pour­suite n’a jamais été engagée con­tre lui.

Si les réqui­si­tions du pro­cureur étaient suiv­ies, les 15 000 euros d’amende s’ajouteraient à une autre amende récem­ment infligé à Minute, ce qui, selon nos infor­ma­tions, pour­rait met­tre l’hebdomadaire en dan­ger de mort. En juil­let 2012, Minute titrait en effet, à pro­pos de la loi sur le « mariage pour tous » : « Bien­tôt, ils pour­ront s’enfiler… la bague au doigt ». Pour cette blague potache, d’un goût que l’on est certes pas obligé de partager, le jour­nal a été som­mé de vers­er 3000 euros de dom­mages et intérêts à SOS Homo­pho­bie, plus 4000 euros d’amende pour « inci­ta­tion à la haine en rai­son de l’orientation sex­uelle ». Dans un mag­nifique réflexe orwellien, SOS Homo­pho­bie avait présen­té sa vic­toire judi­ci­aire comme une vic­toire… de la lib­erté d’expression. « La con­damna­tion de l’hebdomadaire représente aujourd’hui une vic­toire pour une lib­erté d’expression respectueuse de tou-te‑s », avait en effet écrit ce lob­by agrée par l’éducation nationale.

Les adver­saires de Minute se sen­tent à présent si forts qu’ils ne récla­ment même plus des pour­suites, mais directe­ment des con­damna­tions. C’est le cas de Jean-Christophe Cam­badélis (con­damné à deux repris­es pour « recel d’abus de con­fi­ance » et « recel d’abus de biens soci­aux ») qui affir­mait, à pro­pos de la Une sur Najat Val­laud-Belka­cem la présen­tant comme « maro­caine » et « musul­mane » (autre procès en cours) : « La Une de Minute est une inci­ta­tion à la haine. Elle doit être juridique­ment con­damné ». Prochaine étape : la let­tre de cachet ?

Ain­si, si l’on résume ain­si la sit­u­a­tion :

  • Lorsque Minute s’oppose au mariage des homo­sex­uels, le jour­nal écope d’un procès (qu’il perd).
  • Lorsque Minute s’affirme comme l’adversaire numéro 1 de l’icône Taubi­ra, le jour­nal écope d’un procès (qu’il perd).
  • Lorsque Minute se moque de la bien-pen­sance antiraciste, le jour­nal écope d’un procès (qu’il perd).
  • Lorsque Minute dénonce la dou­ble nation­al­ité par le biais de Najat Val­laud-Belka­cem, le jour­nal écope d’un procès (qu’il per­dra ?)

On peut bien enten­du ne pas être d’accord avec les pris­es de posi­tions de Minute, voire même être en désac­cord pro­fond avec ses idées. Il n’empêche que Minute doit avoir le droit de s’exprimer et que le vrai scan­dale réside dans cet acharne­ment poli­tique à tuer un jour­nal.

Pour soutenir Minute et la lib­erté d’expression, c’est ici : www.soutien-minute.fr

Crédit pho­to : mrs­mar­shah via SXC

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision