Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Médias : Grosse chute pour les investissements publicitaires

22 mai 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Médias : Grosse chute pour les investissements publicitaires

Médias : Grosse chute pour les investissements publicitaires

Temps de lecture : 2 minutes

Les investissements publicitaires nets des médias ont subi une forte chute selon l’étude de l’Institut de recherches et d’études publicitaires (Irep) publiée ce vendredi.

Tous médias con­fon­dus, les investisse­ments des annon­ceurs ne s’élèvent, pour ce pre­mier trimestre 2013, qu’à 2,194 mil­liards d’euros, soit une baisse de 9 % par rap­port au pre­mier trimestre 2012. C’est la pre­mière fois que l’étude fonc­tionne en trimestres, et non plus en semes­tres comme les années précédentes.

« Nous nous atten­dions à de mau­vais chiffres, avec une baisse des dépens­es pub­lic­i­taires de l’or­dre de 6 % à 7 %, mais pas à une telle chute… », a con­staté Zys­la Bel­li­at, prési­dente de l’Irep. La télévi­sion, qui con­naît une mul­ti­pli­ca­tion des chaînes gra­tu­ites, chute de 9,4 %, suiv­ie par la presse écrite qui s’effondre de 10,6 %. Pour cette dernière, « on con­state sur ce secteur énor­mé­ment de dynamisme, de réac­tiv­ité et de créa­tiv­ité, en par­ti­c­uli­er dans la recherche de la com­plé­men­tar­ité Web-papi­er, mais la sit­u­a­tion con­tin­ue d’être très dif­fi­cile », a estimé Zys­la Belliat.

Le ciné­ma vit un cauchemar avec une plongée impres­sion­nante de 28,8 % ! Par con­tre, l’affichage et la radio lim­i­tent la casse avec des baiss­es respec­tives à 6,2 et 2,5 %. Cela s’explique, selon Philippe Legendre, directeur délégué de l’Irep, par le fait que ces médias « présen­tent la car­ac­téris­tique de n’être pas des médias d’im­age mais de trafic ».

À titre de com­para­i­son, la baisse con­statée entre les pre­miers trimestres 2011 et 2012 avait été de 4,5 %. Nous sommes aujourd’hui à ‑9%. « Et si la vraie crise pub­lic­i­taire ne fai­sait que com­mencer ? », s’interrogent Les Échos, qui relataient l’étude.

Crédit pho­to : wmag­ni via SXC (cc)