Accueil | Actualités | Critiques | Médiacritique(s) n°6 est parue
Pub­lié le 12 février 2013 | Éti­quettes : , ,

Médiacritique(s) n°6 est parue

Le trimestriel janvier-mars du site d’analyse des médias Acrimed vient de paraître. Comme à l’habitude un numéro nourri, de l’expérience précarisée d’un pigiste à un bidouillage laborieux de Grazia sur diététique et grossesse en passant par une analyse fine des chroniques économiques sur les ondes. N’oublions pas les critiques de livres dont l’excellent « Les patrons de la presse nationale, Tous mauvais » (La Fabrique, 2012, 13 €) recensé sur le site de l’Ojim, ni un excellent article sur les Inrocks et l’argent.

Et, heureuse surprise, une page entière consacrée à notre Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique. Une page critique mais de bon aloi. Quelques remarques cependant. Sur les portraits nous ne voyons pas pourquoi appeler Harry Roselmack « le gendre martiniquais idéal » ou Laurent Ruquier « le gay passe-partout » serait faire preuve de « lourdes allusions et connotations ». Nous y voyons plutôt une forme d’humour, un genre plutôt léger finalement.

Sur le film « Les Nouveaux chiens de garde », citation : « On peut lire une critique apparemment élogieuse du documentaire Les Nouveaux chiens de garde, attribué à tort à une équipe d’Acrimed, un mouvement venu de l’ultra-gauche. » Que nenni. Notre critique n’est pas élogieuse en apparence, elle est élogieuse tout court. Si le film n’a pas été réalisé par Acrimed il s’inspire très largement du site et le qualificatif « d’ultra-gauche » n’a rien de déshonorant.

In fine, non nous ne pensons pas que « tous les journalistes sont des alliés du grand capital qui écrivent sous la dictée de leur employeur », la réalité est infiniment plus compliquée que cela. Il y a bien une « caste journalistique » qui tourne en vase clos, qui s’auto-réplique (eh oui ! nous lisons Bourdieu nous aussi), qui vit en régime d’endogamie idéologique. On en discute camarades ? Chiche !

Médiacritique(s) n° 6, janvier-mars 2013, 4€ en vente en ligne sur www.acrimed.org

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux