Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le déclin de la presse papier en chiffres

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

15 avril 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le déclin de la presse papier en chiffres

Le déclin de la presse papier en chiffres

Temps de lecture : 2 minutes

Dans le cadre de la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias, où un certain nombre d’industriels (Niel, Arnault, Lagardère, Bolloré) ont été entendus, la Direction des médias et des industries culturelles (DGMIC) a publié le 7 avril 2022 son rapport sur l’évolution de la presse papier 2010/2019 et ils ne sont pas réjouissants.

Du moins, du moins, encore du moins

Je t’aime moi non plus, se répon­dent la presse papi­er et son lecteur. En 2010 le chiffre d’affaires du secteur approchait les 10 mil­liards d’euros (9,7), neuf ans plus tard c’est 6,4 mil­liards d’euros une chute de 32% et on peut estimer qu’en 2021 la barre des 6 mil­liards est atteinte, une chute de 40%. Une extrap­o­la­tion plutôt opti­miste d’une baisse de 3% par an con­duirait à un chiffre d’affaires d’environ 4 mil­liards en 2030.

Voir aus­si : Aides à la presse, le podi­um des plus riches

Moins de titres et moins de publicité

Si la presse dite IPG (infor­ma­tion poli­tique et générale) ne voit pas une diminu­tion du nom­bre de ses titres, la presse locale (extrap­o­la­tion de notre part) bais­serait de 10% en titres pour se sta­bilis­er autour de 400 titres et la presse mag­a­zine se sta­bilis­erait autour de 2000 titres

Du côté pub­lic­ité c’est la Béréz­i­na, la valeur ajoutée numérique est cap­tée par le cou­ple infer­nal Google/Facebook et les revenus ont fon­du de 4,6 mil­liards (en 2006) d’euros à 1,7 mil­liards en 2021. La presse ne survit que grâce à ses nom­breuses aides indi­rectes ou directes dont prof­i­tent au pre­mier plan les plus rich­es, les Arnault, Niel, Das­sault etc, mais ceci fera l’objet d’un autre arti­cle à paraître.

Voir aus­si : Aides à la presse, on ouvre les vannes pour les mêmes