Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Crise du papier, crise de la presse écrite et (un peu) de l’édition

27 avril 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Crise du papier, crise de la presse écrite et (un peu) de l’édition

Crise du papier, crise de la presse écrite et (un peu) de l’édition

27 avril 2022

Temps de lecture : 2 minutes

Quoi de plus banal qu’une feuille de papier ? Papier d’imprimante, papier d’emballage, papier du livre, papier de la brochure, papier de la posologie du médicament, papier du mode d’emploi et papier journal. Pourtant le papier est une industrie en pleine transformation avec des coûts croissants.

Des prix en augmentation constante

Le pre­mier intrant est bien enten­du celui du bois. Celui-ci est sous ten­sion, la Russie envoy­ait par an env­i­ron 9M de tonnes de bois pour pâte à papi­er vers l’UE ; le fret mar­itime con­naît de fortes ten­sions ; enfin la pro­duc­tion de papi­er est énergé­ti­vore et le prix de l’énergie explose. Pour ce dernier poste à titre de mémoire :

Prix spot par indice jan­vi­er 2021 jan­vi­er 2022
Gaz 20 100
Élec­tric­ité 50 200

(Source : COPACEL, syn­di­cat de la fil­ière papier)

Encore ces prix n’incluent ils pas les futures aug­men­ta­tions con­séc­u­tives au boy­cott des éner­gies en prove­nance de Russie qui promet des aug­men­ta­tions stratosphériques.

Le papier journal, moins de quantités mais une denrée plus chère

Dans la fil­ière papier/carton, c’est le carton/emballage le cap­i­taine avec 66% de la fil­ière et le papi­er graphique (ram­ettes, jour­naux) le matelot avec moins de 20% des usages. Les ton­nages de papi­er graphique ont dimin­ué de 75% en 20 ans, mais ceci n’empêche pas (voir supra) les prix du papi­er graphique d’augmenter de 50% en moyenne en 2022 et même de qua­si dou­bler pour le papi­er journal.

Des réponses différentes suivant les secteurs

Si les édi­teurs voient le prix du papi­er aug­menter, ils peu­vent réper­cuter les hauss­es sur leurs prix, au moins en par­tie. Un livre qui passe de 18 à 20€ ou de 20 à 22€, ça passe. Un quo­ti­di­en papi­er qui com­mence à coûter plus de 2€ (pour les moins chers) et net­te­ment plus de 3€ (Le Figaro, Le Monde), ou un mag­a­zine qui aug­mente d’un euro ça fait beau­coup pour l’achat d’un pro­duit récurrent.

Pour faire face cer­tains réduisent en douce leur pag­i­na­tion (Elle), d’autres (L’Express) mod­i­fient leur maque­tte avec moins de pages et autant ou plus de texte, Le Point a aug­men­té son prix de 10%. Tout ceci n’arrange pas un secteur presse papi­er en dif­fi­culté et qui se voit con­fron­té à une forte pro­gres­sion de ses ventes numériques alors que ses revenus pub­lic­i­taires et de ventes au numéro vien­nent majori­taire­ment encore du papi­er. Au même moment les prin­ci­pales usines de pâte à papi­er quit­tent la fab­ri­ca­tion de papi­er graphique pour se recon­ver­tir en papi­er car­ton, en pleine expan­sion. De quoi nour­rir de nou­velles deman­des de sub­ven­tions de la part des médias papier.

Voir aus­si : Aides à la presse 2021, éter­nel retour de l’identique

Mots-clefs : , ,

Voir aussi

Cet article GRATUIT vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés