Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais

19 novembre 2012

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Critiques | Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais

Les patrons de la presse nationale. Tous mauvais

Jean Stern est en colère. Jour­nal­iste de grand tal­ent et d’expérience, ayant roulé sa bosse aux Press­es de la Manche, à Libéra­tion, à la Tri­bune, fon­da­teur de Gai Pied, il a le sen­ti­ment de s’être fait flouer et le fait savoir dans un petit/grand livre rob­o­ratif, nour­ris­sant, écrit d’une plume allè­gre et enlevée. Un livre qui – con­traire­ment au titre — n’est pas écrit sous l’angle des indi­vidus mais sous celui du cap­i­tal.

La majorité de la presse ayant plus ou moins col­laboré change de mains à la Libéra­tion. Un équili­bre offi­cieux s’établit : aux com­mu­nistes du syn­di­cat du Livre l’imprimerie, aux gaullistes, aux social­istes et démoc­rates-chré­tiens les rédac­tions. L’aide à la presse (créée en 1942 par un cer­tain Pierre Laval) se sys­té­ma­tise et joue son effet d’opium (« À défaut de réfléchir, l’État paie »). Tout le monde a oublié un point : cette presse n’a pas de cap­i­tal.

Petit à petit le cap­i­tal va revenir. En 1995 le cou­ple infer­nal Colombani/Plenel se met en place au Monde et va le con­duire au bord de l’abîme. Les « jour­nal­istes man­agers » comme les appelle Jean Stern met­tent en place sous l’ombre d’Alain Minc une poli­tique d’expansion à tout prix. « Le Monde devient rapi­de­ment un mon­stre bureau­cra­tique, une machine obèse ». La machine infer­nale des Oblig­a­tions Rem­boursables en Actions (les trop fameuses ORA) est mise en marche. Le trio BNP, Bergé, Niel, Pigasse prof­ite d’une tré­sorerie exsangue pour pren­dre le pou­voir (voir l’infographie du Groupe Le Monde sur notre site). Libéra­tion prend le même chemin sous la férule de Serge July, la banque Roth­schild rem­plaçant ici la banque Lazard.

Les investisse­ments de la finance dans la presse ne lui coû­tent rien. Dans un chapitre par­fait Stern en démonte le mécan­isme. Un investisse­ment dans la presse est exonéré d’ISF car il s’agit d’une « œuvre de l’esprit ». Mieux encore, les hold­ings pas­sives ou actives per­me­t­tent de dimin­uer la fis­cal­ité des entre­pris­es qui déti­en­nent la presse défici­taire. Les Échos sont en perte. Ces pertes remon­tent dans une hold­ing détenant des act­ifs prof­ita­bles, les pertes vont s’imputer au total des béné­fices, les dimin­uer d’autant et réduire ain­si l’impôt glob­al, le tour est joué. Les action­naires s’y retrou­vent sur le plan financier. Mais les lecteurs ? Mais les jour­nal­istes ? Tout le monde investit sur le con­tenant (l’imprimerie) et dés­in­vestit sur le con­tenu (les enquêtes, l’investigation, les bureaux à l’étranger). Le risque de con­flits d’intérêts aug­mente, un for­matage s’installe (à notre avis sous-estimé par Stern, on pour­rait par­ler de pen­sée unique).

« Épi­logue ? Tous à la ferme ? ». Dans une pro­fes­sion en voie de pré­cari­sa­tion, les fer­mes de con­tenus pro­lifèrent. Les pigistes tra­vail­lant à domi­cile four­nissent au kilo­mètre du « con­tenu » rémunéré au clic. Demand Media out­re Atlan­tique dis­pose de 10000 rédac­teurs en cham­bre sur les sujets les plus var­iés. En France Relax News dis­pose déjà de 75 salariés et de 150 pigistes. Par­mi les action­naires de Relax News, Matthieu Pigasse et Serge Das­sault.

Jean Stern, Les patrons de la presse nationale. Tous mau­vais, La fab­rique édi­tions, 191 pp., 13 €, 2012.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.