Accueil | Actualités | Médias | Affaire Méric : Vallaud-Belkacem fait la leçon aux médias
Pub­lié le 11 juin 2013 | Éti­quettes : ,

Affaire Méric : Vallaud-Belkacem fait la leçon aux médias

Sur i>Télé, Najat Vallaud-Belkacem a estimé, suite à la mort du jeune militant d’extrême-gauche Clément Méric, que politiques et médias se partageaient la responsabilité de la prolifération des discours « d’extrême-droite ».

Faut-il interdire les groupuscules de cette mouvance ? « Oui, dès lors qu'il est avéré qu'ils ont porté un message de violence et de haine, appelé à ce type d'abomination », a-t-elle jugé, estimant que « la simple dissolution ne [pouvait] suffire à régler le problème ».

« La question qu'on doit se poser collectivement -cela vaut pour les responsables politiques comme pour les médias- c'est notre part de responsabilité dans la façon dont ce type de discours de haine - et donc de passage à l'acte derrière de la part d'un certain nombre d'esprits influençables- prospère dans notre société », a poursuivit la porte parole du gouvernement.

Pour celle-ci, d’un côté, les responsables politiques doivent « condamner et dénoncer chaque fois qu'il y a une dérive, un dérapage même simplement langagier ». De l’autre, les médias doivent « veiller à ne pas donner plus d'audience que de raison à des groupuscules qui en profitent pour faire passer des idées insupportables pour la démocratie ».

Concernant l’entretien télévisé avec Serge Ayoub, le chef des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, Mme. Vallaud-Belkacem a jugé « extrêmement dangereux de donner à ce monsieur la possibilité de faire passer des idées auprès de jeunes qui peuvent les prendre pour argent comptant ». Et cette dernière de conclure : « Quant on est responsable d'un média, il faut se poser la question de sa part de responsabilité. »

Sources : najat-vallaud-belkacem.com / 20 minutes. Crédit photo : Florent Pessaud via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This