Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Manifestation de clandestins à Paris le 30 mai : des médias entre neutralité et bienveillance

3 juin 2020

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Manifestation de clandestins à Paris le 30 mai : des médias entre neutralité et bienveillance

Manifestation de clandestins à Paris le 30 mai : des médias entre neutralité et bienveillance

Samedi 30 mai, une manifestation d’immigrés clandestins a eu lieu à Paris, bien qu’elle ait été interdite par la Préfecture de police. Alors que les manifestants ont à de nombreuses reprises piétiné les lois de notre pays, les médias de grand chemin ont couvert cet événement avec une neutralité bienveillante.

La cou­ver­ture médi­a­tique de la man­i­fes­ta­tion qui a réu­ni près de 5 000 “sans-papiers” le 30 mai à Paris n’a pas été neu­tre, en dépit des élé­ments pure­ment factuels con­tenus dans les arti­cles que lui ont con­sacrés les médias de grand chemin. Le choix des per­son­nes inter­viewées et des événe­ments relatés relève d’une véri­ta­ble ligne édi­to­ri­ale, qui passe sous silence de nom­breux aspects de cette man­i­fes­ta­tion inter­dite.

Les médias de grand chemin entre neutralité et bienveillance

Le prin­ci­pal quo­ti­di­en région­al, Le Parisien, cou­vre la man­i­fes­ta­tion en détail­lant les reven­di­ca­tions des man­i­fes­tants : « (Ces pop­u­la­tions) sont sans droits, sans revenus et sans espoir d’ac­cès aux allo­ca­tions pro­posées par l’État. Pour elles et pour eux, il n’y a pas d’ac­cès gra­tu­it aux soins et pas d’autre pos­si­bil­ité pour sur­vivre que de chercher des moyens de sub­sis­tance ». Pour com­menter la man­i­fes­ta­tion, la parole est don­née à un man­i­fes­tant doc­tor­ant en géo­gra­phie, qui déplore le fait que la police ait décidé de gaz­er et de charg­er les man­i­fes­tants.

France Info titre sobre­ment le 30 mai : « Des sans-papiers man­i­fes­tent à Paris mal­gré l’in­ter­dic­tion de la pré­fec­ture ». Les seuls points de vue que con­tient l’article sont ceux des organ­isa­teurs :

« L’ap­pel à cette “marche des sol­i­dar­ités”, pour deman­der une régu­lar­i­sa­tion des sans-papiers et une révi­sion de la poli­tique migra­toire française a été relayé par près de 210 organ­i­sa­tions et 300 per­son­nal­ités, selon un texte dif­fusé sur les réseaux soci­aux ». La seule infrac­tion com­mise par les man­i­fes­tants men­tion­née par la radio d’Etat est la par­tic­i­pa­tion à une man­i­fes­ta­tion inter­dite.

Le Jour­nal de Mon­tréal tout comme RTL, l’Express, etc. reprend les élé­ments de lan­gage de l’AFP. Encore une fois, la posi­tion d’un organ­isa­teur de la man­i­fes­ta­tion et un extrait du com­mu­niqué appelant à man­i­fester sont les uniques points de vue présen­tés. 20 Min­utes va plus loin que de recopi­er laborieuse­ment la dépêche de l’AFP : le site d’information accom­pa­gne l’article sur la man­i­fes­ta­tion par une vidéo présen­tant cer­tains faits héroïques com­mis par des clan­des­tins.

France Bleu titre sur « des mil­liers de per­son­nes dans la rue en sol­i­dar­ité aux sans-papiers mal­gré l’in­ter­dic­tion ». A la vue des images de la man­i­fes­ta­tion, où l’on peut voir une pop­u­la­tion très majori­taire­ment issue d’Afrique sub­sahéli­enne, on peut s’étonner du fait que la man­i­fes­ta­tion est présen­tée comme « en sol­i­dar­ité » avec les clan­des­tins, alors que ceux-ci for­ment le gros du cortège.

Dans la cou­ver­ture de la man­i­fes­ta­tion, les médias de grand chemin met­tent unique­ment en avant les argu­ments et les reven­di­ca­tions des organ­isa­teurs : régu­lar­i­sa­tion des sans-papiers, accès aux droits, allo­ca­tions sociales, etc. A aucun moment les très nom­breuses infrac­tions com­mis­es par les clan­des­tins ni les impli­ca­tions à la sat­is­fac­tion des reven­di­ca­tions des man­i­fes­tants ne sont présen­tées dans les arti­cles à ce sujet.

Manifestants ou délinquants

Le médias de grand chemin qual­i­fient les par­tic­i­pants à la man­i­fes­ta­tion de « man­i­fes­tants » et de « sans-papiers ». On peut s’interroger sur cette qual­i­fi­ca­tion des très nom­breux clan­des­tins présents, qui en rai­son des mul­ti­ples faits com­mis pour­raient être qual­i­fiés de « délin­quants », comme nous allons le voir. La Pré­fec­ture de police de Paris n’avait pas don­né son autori­sa­tion pour la tenue de cette man­i­fes­ta­tion appelée par des syn­di­cats et de nom­breuses organ­i­sa­tions poli­tiques et asso­cia­tives.

La par­tic­i­pa­tion à une man­i­fes­ta­tion non autorisée est une infrac­tion pas­si­ble d’une amende de 135 euros. En rai­son de l’état d’urgence san­i­taire, tout rassem­ble­ment de plus 10 per­son­nes sur la voie publique est inter­dit. Le non-respect de cette inter­dic­tion est égale­ment sanc­tion­né d’un amende de 135 euros par par­tic­i­pant.

Sur les images de la man­i­fes­ta­tion, on peut voir une foule com­pacte et de nom­breux man­i­fes­tants très proches l’un de l’autre qui ne por­tent pas de masque san­i­taire. Les par­tic­i­pants et au-delà toutes les per­son­nes avec qui ils seront en con­tact, s’exposent à une trans­mis­sion du coro­n­avirus en ne respec­tant pas la dis­tance sociale que le gou­verne­ment veut faire respecter. C’est d’ailleurs le motif invo­qué par les autorités pour ne pas autoris­er la man­i­fes­ta­tion, selon Le Parisien le 30 mai.

Les images de la man­i­fes­ta­tion nous mon­trent égale­ment que les man­i­fes­tants sont d’origine africaine et qu’ils man­i­fes­tent sans équiv­oque pour la régu­lar­i­sa­tion de leur sit­u­a­tion sur le sol français. Le séjour irréguli­er en France est un délit, pas­si­ble d’un an de prison, de 3 750 € d’a­mende et de 3 ans d’in­ter­dic­tion du ter­ri­toire. Le clan­des­tin doit en out­re être éloigné du ter­ri­toire, con­for­mé­ment au code du séjour des étrangers (CESADA).

On peut égale­ment voir lors de la man­i­fes­ta­tion que des man­i­fes­tants ont refusé de se dis­pers­er à la demande des forces de l’ordre. Le fait d’opposer une résis­tance vio­lente à une per­son­ne déposi­taire de l’autorité publique est un délit pas­si­ble de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Bien évidem­ment, aucun de ces élé­ments pure­ment factuels n’est men­tion­né par les médias de grand chemin.

Ce que l’on ne trouve pas dans les médias de grand chemin

Con­traire­ment à beau­coup de jour­nal­istes qui en ce same­di ensoleil­lé ont préféré rester en rédac­tion ou chez eux pour recopi­er la dépêche de l’AFP, un inter­naute s’est don­né la peine d’aller Place de la République. Il a filmé un homme en djella­ba haranguant la foule, barbe salafiste, keffieh pales­tinien à la main, qui sem­ble appa­raitre comme un leader de la man­i­fes­ta­tion. Mais cette image aurait sans doute terni ce grand moment du com­bat pour les droits. Valeurs actuelles souligne dans un arti­cle du 30 mai l’illégalité de la man­i­fes­ta­tion et le non-respect des règles san­i­taires. L’hebdomadaire est bien seul à men­tion­ner que « des heurts ont fini par éclater entre man­i­fes­tants et forces de l’or­dre ».

TV Lib­ertés ne prend pas de détour : « L’État français laisse une man­i­fes­ta­tion d’immigrés clan­des­tins se dérouler, avec vio­lences, mal­gré son inter­dic­tion ».

La chaine alter­na­tive souligne que « Con­traire­ment à la répres­sion vio­lente visant les Gilets jaunes, les autorités ont lais­sé faire cette man­i­fes­ta­tion, encadrée par des élé­ments d’extrême gauche col­lab­o­rant ain­si à l’exploitation mafieuse de ces « damnés de la terre » qui enten­dent rester dans un pays dans lequel ils n’ont pas été invités par les citoyens ». Le con­stat est sans appel : « Les autorités s’enfoncent de plus en plus dans la col­lab­o­ra­tion active avec les immi­grés ». RT France fait égale­ment par­tie des rares médias à don­ner un autre point de vue sur la man­i­fes­ta­tion : «Pourquoi une telle faib­lesse des autorités ?» : la marche pro-migrants à Paris indigne droite et RN ».

Ces points du vue dis­si­dents sont bien rares. La grande majorité des médias a unique­ment cou­vert la man­i­fes­ta­tion des sans-papiers avec les argu­ments des organ­isa­teurs dis­pen­sés par l’AFP. Les arti­cles ne com­por­tent très sou­vent aucune dis­tance cri­tique vis-à-vis de l’appel d’air que créée chaque mou­ve­ment de régu­lar­i­sa­tion de clan­des­tins. Ceci, alors que comme le souligne Le Figaro le 1er juin, les arresta­tions et les expul­sions de clan­des­tins devi­en­nent extrême­ment rares. C’est ain­si que, cha­cun à sa mesure, les médias de grand chemin comme les autorités con­tribuent à faire de la France un pays de cocagne de l’immigration illé­gale.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.