Accueil | Actualités | Médias | Lyon Capitale assigne un web-magazine en justice
Pub­lié le 13 septembre 2014 | Éti­quettes : ,

Lyon Capitale assigne un web-magazine en justice

Après Le Parisien qui, il y a quelques semaines avait assigné une blogueuse en justice pour un nom de domaine trop proche de sa marque, le mensuel Lyon Capitale en fait de même.

Le web-magazine Lyonnes, qui couvre l'actualité d'entrepreneurs de la métropole, vient de recevoir une mise en demeure de sa part. Lyon Capitale estime que le titre de la plate-forme, fondée par trois jeunes lyonnaises, ressemble trop à une déclinaison de sa marque, qui avait été déposée en mars 2010. Le mensuel demande aux « Lyonnes » que leur nom de domaine lui soit cédé « à titre gracieux ».

Sur leur page Facebook, l'équipe du web-magazine explique : « Il est navrant de voir que notre message, fédérateur de la jeunesse d’une ville, soit amoindri par la réalité de la jungle urbaine. » Et d'ajouter à l'attention de ses lecteurs : « Même si les ‘L******’ ne peuvent plus rugir pour le moment, votre soutien est extrêmement touchant. »

Du côté de Lyon Capitale, on s'étonne de la polémique. « Je suis surprise de leur surprise », a déclaré la directrice de la communication du mensuel au Nouvel Obs. « Lyon’nes est une marque déposée qui appartient à 'Lyon Capitale' et nous sommes contraints de protéger nos marques », ajoute-t-elle.

Didier Maïsto, président de Fiducial Médias et directeur de la rédaction de Lyon Capitale a quant à lui assuré que l’affaire venait de se régler : « J'ai contacté l’avocate de Lyonnes et l’équipe va se mettre en quête d’un nouveau nom. »

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This