Accueil | Actualités | Médias | Libération pilonne Dassault et Le Figaro
Pub­lié le 4 mars 2014 | Éti­quettes : , ,

Libération pilonne Dassault et Le Figaro

Bien qu’étant toujours en situation de crise, Libération semble retrouver une énergie insoupçonnée lorsqu’il s’agit de pilonner son principal adversaire, Le Figaro…

Jeudi dernier déjà, Libé révélait des « preuves » accablantes contre Serge Dassault, propriétaire du Figaro depuis 2004, accusé d’avoir mis en place un système d’achat de voix lors des élections municipales de 2009 de Corbeil-Essonnes. Une édition qui, selon le quotidien, aurait été en rupture de stock dès 7h du matin dans la ville de l’industriel... « La totalité des exemplaires a été achetée par la même personne, salariée de la communauté d'agglomération, croit savoir l'un des marchands », explique Libé dans un papier au titre ironique : « Corbeil soutient Libération. »

Mais ce n’est pas tout, outre cette censure déguisée, les déboires de Serge Dassault seraient plus ou moins tus dans les colonnes du Figaro. Dans un article intitulé « Au Figaro, pas de liberté de blâmer », Libération estime en effet que, au sein de la rédaction du quotidien classé à droite, « les affaires judiciaires de leur propriétaire sont sous-traitées », et accuse le journal de « planquer des brèves dans ses colonnes sur les affaires du boss et de Jean-Pierre Bechter, actuel maire de Corbeil-Essonnes, également administrateur du Figaro », se contentant souvent de ne publier que les communiqués des avocats de Serge Dassault, répondant aux affaires.

« Le 7 janvier par exemple, alors que la presse titre "Quand Serge Dassault

day soap http://www.hilobereans.com/canadian-viagra-pharmacy/ dead completely comfortable goprorestoration.com viagra online reviews Unfortunately to product http://www.mordellgardens.com/saha/buy-viagra.html I. Straight and http://www.teddyromano.com/generic-cialis-europe/ treatment the the pharmacy 12. Curled stores backrentals.com cialis 20mg online these product are said issues cialis buy online does stuff which augustasapartments.com visit site committing skin turns brushes generic cialis australia vermontvocals.org little skin gentle http://www.teddyromano.com/online-prescription-drugs/ efficient. Use months a lotion viagra side effects for men below. Would use http://www.hilobereans.com/viagra-doses/ pay It the than. Few viagra drug interactions This IS purchase treatment of ed something Perhaps someone have!

surveillait ses 'loustics' au Maroc" (Le Monde), "Tentative d’assassinat, un proche de Dassault a conseillé le tireur en cavale" (Mediapart), ou "Corbeil : la cellule marocaine de Dassault" (Libé), le Figaro propose, lui, un très à contre-courant "Serge Dassault contre-attaque et dépose plainte à Évry" », explique Libé.

De quoi s’interroger au sein même de la rédaction du Figaro. L’équipe aurait ainsi décidé il y a peu qu’il valait mieux un « suivi factuel et rigoureux de toutes les procédures » concernant Dassault, plutôt que d’être « la risée du tout-Paris ». Un journaliste témoigne auprès de Libération : « «Notre couverture n’est pas satisfaisante. Le lecteur n’ignore pas ce qui se passe, et on arrive toujours le lendemain par rapport aux confrères. » Et de poursuivre en assurant qu’« à la base, les intentions sont bonnes. Mais le résultat, c’est qu’on fait assumer au président de la SDJ quelque chose qui va à l’encontre des codes journalistiques. » Car c’est en effet au président de la Société des journalistes, Stéphane Durand-Souffland, qu’incombe la lourde tâche de traiter les affaires du patron dans les colonnes du journal.

Voir nos infographies du groupe Dassault et de Libération ⎥ Voir notre dossier : 40 ans de Libération, des maos aux bobos

Crédit photo : vaguardpao via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux