Accueil | Actualités | Médias | Libération : Demorand sur la sellette
Pub­lié le 17 avril 2013 | Éti­quettes : ,

Libération : Demorand sur la sellette

Nicolas Demorand est sur la sellette ce mercredi alors que se tient le Conseil de surveillance de Libération.

Le Conseil, qui représente les actionnaires du journal, doit examiner la délicate question des statuts au sein du quotidien. En effet, depuis son arrivée, Nicolas Demorand cumule la direction de la rédaction et de la publication. Un cumul fort contesté au sein du journal (94 % de votes défavorables lors de l’AG du 19 mars). « La situation du journal réclame un président du directoire à plein temps, mais aussi un directeur de la rédaction à plein temps, fonction que Nicolas Demorand ne remplit pas », estime la Société civile des personnels de Libération (SCPL).

Nicolas Demorand a déjà subi deux motions de défiance, en avril et en juin 2012, depuis son arrivée à la tête du journal début 2011. La contestation a monté d’un cran lors de la publication de la Une polémique sur Laurent Fabius le lundi 8 avril dernier. Une « faute grave » avait alors estimé la SCPL, entrainant les excuses du patron. Enfin, les chiffres de l’OJD ont relevé une grosse chute des ventes de Libération pour le mois de mars 2013.

Rien ne va plus à Libé, et Nicolas Demorand est plus que jamais sur le grill.

Crédit photo : Matthieu Riegler via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This