Accueil | Actualités | Médias | La faute de Libé : Demorand se justifie, puis s’excuse
Pub­lié le 14 avril 2013 | Éti­quettes : ,

La faute de Libé : Demorand se justifie, puis s’excuse

Couvert de critiques suite à la Une de son journal relayant une rumeur sur Laurent Fabius, Nicolas Demorand s’est justifié ce mardi 9 avril dans les colonnes de Libération.

La faute de Libé : Demorand se justifie, puis s’excuse

© Milady de Winter pour l'OJIM

Libé avait, ce lundi, fait sa une sur une rumeur, et son démenti, attribuant un compte suisse à Laurent Fabius, actuel ministre des Affaires étrangères. Sujet à de nombreuses critiques, notamment de Mediapart, le patron du journal s’est feint d’un article pour justifier son choix. Considérant cette rumeur comme « un fait politique majeur », Demorand a estimé que « si Libération a donc fait le choix de publier le nom de Laurent Fabius et donné la parole à son avocat, c’est tout simplement pour partager avec ses lecteurs les informations en notre possession à l’instant où le journal part à l’imprimerie ».

« Comment une rumeur a pu devenir, l’espace d’un week-end, un motif d’affolement pour l’exécutif et, à ce titre, un fait politique majeur ? C’est la seule question à laquelle Libération entendait répondre dans son édition d’hier », ajoute-t-il avant de conclure : « De l’incompréhension a pourtant accueilli notre travail, que ce soit à l’intérieur du journal ou à l’extérieur. Nous en prenons évidemment notre part : un message mal reçu pose à son émetteur des questions auxquelles il se doit de répondre, afin de lever doutes et ambigüités sur sa démarche. C’est chose faite. »

Un discours à mettre en parallèle avec celui, tenu par ce même Demorand, en 2008 à @rrêt sur Image. Interrogé à propos de bruits laissant croire que son arrivée à France 2 était due à l’intervention de Nicolas Sarkozy, il disait alors : « Ce sont des échos et des rumeurs qui sont imprimés comme des vérités, les gens les reprennent le lendemain, sans avoir fait l’enquête. »

Le 11 avril, Demorand a du reste fini par s’excuser « à titre personnel » : « Que les lecteurs de Libération ayant été choqués par l’édition du 8 avril reçoivent ici mes excuses les plus sincères », écrivait-il dans la rubrique « A nos lecteurs ».

Crédit photo : Matthieu Riegler via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This