Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La faute de Libé : Demorand se justifie, puis s’excuse
Publié le 

14 avril 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La faute de Libé : Demorand se justifie, puis s’excuse

La faute de Libé : Demorand se justifie, puis s’excuse

Couvert de critiques suite à la Une de son journal relayant une rumeur sur Laurent Fabius, Nicolas Demorand s’est justifié ce mardi 9 avril dans les colonnes de Libération.

La faute de Libé : Demorand se justifie, puis s’excuse

© Mila­dy de Win­ter pour l’O­JIM

Libé avait, ce lun­di, fait sa une sur une rumeur, et son démen­ti, attribuant un compte suisse à Lau­rent Fabius, actuel min­istre des Affaires étrangères. Sujet à de nom­breuses cri­tiques, notam­ment de Medi­a­part, le patron du jour­nal s’est feint d’un arti­cle pour jus­ti­fi­er son choix. Con­sid­érant cette rumeur comme « un fait poli­tique majeur », Demor­and a estimé que « si Libéra­tion a donc fait le choix de pub­li­er le nom de Lau­rent Fabius et don­né la parole à son avo­cat, c’est tout sim­ple­ment pour partager avec ses lecteurs les infor­ma­tions en notre pos­ses­sion à l’instant où le jour­nal part à l’imprimerie ».

« Com­ment une rumeur a pu devenir, l’espace d’un week-end, un motif d’affolement pour l’exécutif et, à ce titre, un fait poli­tique majeur ? C’est la seule ques­tion à laque­lle Libéra­tion entendait répon­dre dans son édi­tion d’hier », ajoute-t-il avant de con­clure : « De l’incompréhension a pour­tant accueil­li notre tra­vail, que ce soit à l’intérieur du jour­nal ou à l’extérieur. Nous en prenons évidem­ment notre part : un mes­sage mal reçu pose à son émet­teur des ques­tions aux­quelles il se doit de répon­dre, afin de lever doutes et ambigüités sur sa démarche. C’est chose faite. »

Un dis­cours à met­tre en par­al­lèle avec celui, tenu par ce même Demor­and, en 2008 à @rrêt sur Image. Inter­rogé à pro­pos de bruits lais­sant croire que son arrivée à France 2 était due à l’intervention de Nico­las Sarkozy, il dis­ait alors : « Ce sont des échos et des rumeurs qui sont imprimés comme des vérités, les gens les repren­nent le lende­main, sans avoir fait l’enquête. »

Le 11 avril, Demor­and a du reste fini par s’excuser « à titre per­son­nel » : « Que les lecteurs de Libéra­tion ayant été choqués par l’édition du 8 avril reçoivent ici mes excus­es les plus sincères », écrivait-il dans la rubrique « A nos lecteurs ».

Crédit pho­to : Matthieu Riegler via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision