Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération : une faute grave ?

10 avril 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Libération : une faute grave ?

Libération : une faute grave ?

Ce lundi 8 avril 2013, le quotidien Libération faisait sa une sur une rumeur concernant Laurent Fabius, et sur le démenti de ce dernier, illustrant ainsi l’adage journalistique : « une rumeur et un démenti font deux informations. »

Dans ce numéro, Libéra­tion annonçait que Lau­rent Fabius pour­rait, après Cahuzac, être le déten­teur d’un compte en Suisse. Pour le quo­ti­di­en, « une pos­si­ble affaire Fabius tétanise l’Élysée ». « Un scé­nario noir cir­cule dans tous les min­istères. Medi­a­part aurait en sa pos­ses­sion les preuves que Lau­rent Fabius détient un ou plusieurs comptes en Suisse », peut-on lire dans le dossier. Il affirme égale­ment que Fab­rice Arfi, jour­nal­iste à Medi­a­part, aurait ren­con­tré Lau­rent Fabius same­di 6 avril dans le cadre de cette enquête.

Ou com­ment faire une infor­ma­tion d’une rumeur, à pro­pos d’une enquête pas encore pub­liée… Sur son compte Twit­ter, Edwy Plenel réag­it la veille de la paru­tion : « Libéra­tion perd la tête: demain, il trans­forme en infor­ma­tion une rumeur sur Fabius en pré­ten­dant démen­tir une non-infor­ma­tion de Medi­a­part. » Il pour­suit sur son blog : « Libéra­tion pré­tend en effet savoir ce qu’il en est des enquêtes en cours de notre rédac­tion, au point de dévoil­er les sup­posés ren­dez-vous hon­orés par tel ou tel d’entre nous. Nous n’aurions jamais imag­iné qu’un jour­nal se voulant sérieux puisse ain­si vio­l­er le secret pro­fes­sion­nel qui pro­tège sources et inves­ti­ga­tions d’autres con­frères. »

La Société civile des per­son­nels de Libéra­tion a qual­i­fié, dans un com­mu­niqué paru le jour-même, cet arti­cle de « faute déon­tologique grave » :

« La SCPL déplore que Libéra­tion ait relayé ce matin une rumeur sans fonde­ment sur un pré­ten­du compte en Suisse de Lau­rent Fabius, avec pour effet de l’ac­créditer. Notre tra­vail de jour­nal­iste ne con­siste pas à ren­dre publique une rumeur, mais à enquêter pour savoir si elle cor­re­spond à des faits. Ce tra­vail élé­men­taire n’a pas été fait. Il s’ag­it là d’une faute déon­tologique grave.

Cet épisode dom­mage­able à l’im­age de Libéra­tion, qui engage la respon­s­abil­ité de Nico­las Demor­and, illus­tre une nou­velle fois la mau­vaise gou­ver­nance du jour­nal. Il con­firme l’ur­gence de l’élec­tion d’un directeur de la rédac­tion de plein droit, en ver­tu des statuts de l’en­tre­prise, réclamée depuis le 19 mars par 94 % de l’équipe. A nou­veau, la SCPL l’ex­ige dans les plus brefs délais. »

La SCPL fait référence à une querelle interne exigeant un véri­ta­ble directeur de la rédac­tion. Nico­las Demor­and, patron de Libé, occupe actuelle­ment les deux postes de directeur de la rédac­tion et de la pub­li­ca­tion.

Ce même Nico­las Demor­and déplo­rait, en 2008, ce jour­nal­isme de rumeur. Inter­rogé par @rrêt sur image à pro­pos de bruits lais­sant croire que son arrivée à France 2 était due à l’intervention de Nico­las Sarkozy, il dis­ait : « Ce sont des échos et des rumeurs qui sont imprimés comme des vérités, les gens les repren­nent le lende­main, sans avoir fait l’en­quête. » Les temps ont changé…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.