Accueil | Actualités | Médias | À Libération, on réclame une séparation des pouvoirs
Pub­lié le 25 mars 2013 | Éti­quettes : , , ,

À Libération, on réclame une séparation des pouvoirs

Les journalistes de Libération ont profité du départ de Vincent Giret, directeur de la rédaction, pour réclamer une séparation des pouvoirs.

En effet, depuis 2007 et l'ère Joffrin, le patron de Libération porte deux casquettes : celle de directeur de la publication et celle de directeur de la rédaction. C'est le cas de Nicolas Demorand, déjà contesté au sein du journal – une motion de défiance avait été adoptée, à 78 %, lui reprochant de ne pas être véritablement intégré à la rédaction.

Ainsi, la Société civile des personnels de Libération (SCPL) a voté mardi 19 mars pour demander la mise en conformité des statuts au sein du journal. Sur 191 votants (65,17 %), 180 ont voté « pour », soit 94,24 %.

« L'erreur de la SCPL est de ne pas avoir manifesté plus rapidement et plus fermement son refus de voir cette situation s'installer », a estimé un délégué du personnel. Le Nouvel Obs précise que, dans les faits, Demorand n'a guère le temps d'assumer sa fonction de rédacteur en chef, et la délègue ainsi à un directeur délégué. Mais Vincent Giret, qui avait succédé à Didier Pourquery, vient de rejoindre Le Monde. L'occasion pour la rédaction de Libé de réclamer un retour à la normale.

Mais Nicolas Demorand a refusé, se contentant de nommer Fabrice Rousselot comme nouveau délégué à la rédaction. « Il ne s'agit pas d'une motion de défiance. Ce n'est pas contre lui. C'est une question de respect des principes et de bon fonctionnement du journal », a rappelé un journaliste anonyme, avant de préciser que Demorand avait « tout à gagner en acceptant un vote : le choix de Rousselot a peu de risque d'être rejeté et c'est son candidat. Alors ? »

« Il s'occupe d'autres choses à côté. Il doit gérer les relations avec l'actionnaire, il doit chercher du pognon, faire un boulot de représentation du journal à l'extérieur mais il n'est pas directeur de la rédaction », estime-t-on à la rédaction du quotidien. Mais pour l'instant, Demorand fait la sourde oreille, jugeant avoir besoin de tous les leviers en cette période de crise de la presse.

Crédit photo : Matthieu Riegler via Wikimedia (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This