Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’étrange retour de France Soir

16 mars 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | L’étrange retour de France Soir

L’étrange retour de France Soir

France Soir renaît de ses cendres. Racheté par Cards Off en octobre 2012, le défunt journal va devenir un e‑magazine disponible sur tablette.

La rédac­tion sera com­posée d’une dizaine de jour­nal­istes, dirigés par Dominique de Mont­val­on, ex-rédac­teur en chef poli­tique du quo­ti­di­en, et pro­posera un heb­do­madaire en ligne de 50 à 60 pages chaque ven­dre­di à 18 heures pour 1,89 euros. Reportages, dossiers, grande inter­view, le nou­veau France Soir, nom­mé « l’e‑mag de France Soir », a l’ambition de traiter des sujets générale­ment délais­sés par la presse tra­di­tion­nelle. « Je veux des con­tenus bien écrits, de qual­ité et pas de par­ti pris abrupt et non fondé », a prévenu le PDG de Cards Off, Philippe Mendil.

Mais le plus sur­prenant reste le mod­èle économique adossé à cette renais­sance. En effet, seuls 20 % des revenus provien­dront des abon­nements et de la pub­lic­ité. Pour le reste, Cards Off, ser­vice de paiement en ligne, a dévelop­pé un sys­tème per­me­t­tant de ven­dre des pro­duits grâce à des mots-clés présents dans l’article. « Si on pub­lie un papi­er sur Vic­to­ria Beck­ham, on pour­ra met­tre autour de l’ar­ti­cle des tas de pro­duits iden­ti­fi­ables sur le Web, en regard de ce qui est écrit dans l’ar­ti­cle. Là, des chaus­sures, par exem­ple. Et en un seul clic, le con­som­ma­teur pour­ra les acheter », a déclaré le nou­veau pro­prié­taire, pré­cisant que cela se fera « en toute indépen­dance ». Un con­tenu spon­sorisé gar­dant son indépen­dance ? Dif­fi­cile à imaginer…

Quoi qu’il en soit, les lecteurs pour­ront, grâce à ce sys­tème qui a coûté près de 1,5 mil­lions d’euros, faire leurs achats directe­ment sur l’application grâce à un panier. Cards Off prend tout en charge, de la com­mande à la livrai­son, et gardera 5 à 15 % de com­mis­sion sur les pro­duits. Du jamais vu.

Enfin, Cards Off a égale­ment pour ambi­tion de sor­tir, avant la fin de l’année, un quo­ti­di­en en ligne gra­tu­it, francesoir.fr, qui néces­site, cette fois, un investisse­ment de 10 mil­lions d’euros. L’e-mag vise la rentabil­ité d’i­ci à un ou deux ans. France Soir ver­sion shop­ping : un pro­jet inédit… et un pari risqué.

Crédit pho­to : Ojim (cc)

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.