Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Film Les misérables : une si belle unanimité médiatique

31 décembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Film Les misérables : une si belle unanimité médiatique

Film Les misérables : une si belle unanimité médiatique

Pre­mière dif­fu­sion le 26/11/2019

Le 20 novembre 2019, le film du réalisateur Ladj Ly intitulé « Les misérables » est sorti dans les salles de cinéma. Rarement un film aura fait l’objet de tant de critiques positives dans les médias. L’œuvre a tellement ému le Président de la République qu’il aurait demandé « séance tenante » de trouver rapidement une solution pour les jeunes de banlieue. Les voix discordantes dans les médias sont à chercher avec ténacité. L’OJIM l’a fait pour vous.

En 1995, Math­ieu Kasso­vitz réal­i­sait le film « La haine ». Un film brut sur la vio­lence et la dés­espérance sociale dans les cités. Les émeutes en ban­lieue en 2005 ont mon­tré que le film n’a pas pro­duit de choc salu­taire auprès de l’opinion publique, et surtout auprès de la classe poli­tique.

Il sem­ble en aller autrement en 2019. Le réal­isa­teur du film en a envoyé un DVD au Prési­dent selon Libéra­tion. Le mes­sage a été reçu 5 sur 5. Après avoir vu le film « Les mis­érables », le Prési­dent Macron aurait demandé au gou­verne­ment de se dépêch­er pour trou­ver des idées et agir pour amélior­er les con­di­tions de vie dans les quartiers selon Le JDD.

Les médias unanimes

Le film primé au fes­ti­val de Cannes (prix du jury) met en scène des policiers de la Brigade Anti Crim­i­nal­ité (BAC) en action en Seine-Saint-Denis. Une mis­sion qui n’est pas sans risques, surtout quand un polici­er com­met une bavure comme on le voit dans le film. Tant les policiers que les jeunes sont mon­trés selon les médias « sans fards » et avec justesse. C’est un véri­ta­ble con­cert de louanges auquel on assiste :

C’est le « film de la semaine » pour Euronews. En Seine-Saint-Denis, « le film ne laisse per­son­ne indif­férent » selon Le Parisien. L’Obs s’interroge : « Ladj Ly sera-t-il le Diderot de Macron ? ».

C’est « un film remarquable…qui nous com­mande de faire aimer la France » pour Le Figaro. C’est un film « coup de poing dont la France avait besoin » selon Mademoizelle.com. Même Valeurs actuelles y va de sa cri­tique pos­i­tive « un tableau effrayant de la déliques­cence des ban­lieues, avec une indé­ni­able force », etc.

À quelques exceptions près…

Les cri­tiques réti­centes ou néga­tives sont dif­fi­ciles à trou­ver. Par­mi celles-ci, Boule­vard Voltaire iro­nise sur le choc du Prési­dent Macron après avoir vu le film et son souhait de mesures rapi­des pour les ban­lieues. Ceci alors que son pre­mier Min­istre avait annon­cé quelques jours plus tôt un « plan d’urgence » pour la Seine-Saint-Denis. Cela lui aura échap­pé, sans doute sous le coup de l’émotion.

Alors que les cri­tiques ont majori­taire­ment par­lé de ce qu’ils ont vu sur l’écran, Jany Leroy souligne qu’il est impor­tant de par­ler égale­ment de ce que l’on ne voit pas dans le film mais que l’on con­state par­fois – trop sou­vent — dans la réal­ité.

« Le réal­isa­teur a épargné la fragilité psy­chologique de son spec­ta­teur élyséen en évi­tant de mon­tr­er des blocs de béton tombant des fenêtres sur des policiers, de voitures de pom­piers incendiées sans rai­son, d’agressions de médecins, de tabas­sages à mort pour un mau­vais regard et autres scènes qui auraient lais­sé Emmanuel Macron mar­qué à vie. »

Le Parisien donne la parole à des policiers. Ils esti­ment que le film est « car­i­cat­ur­al et dan­gereux », cer­taines scènes sont « invraisem­blables », « le film stig­ma­tise les flics » et les jeunes. Des détails sans doute que n’auront pas relevé les cri­tiques. L’essayiste Bar­bara Lefevre souligne sur RMC (les Grandes Gueules) que dans le film, « le polici­er est hargneux, raciste et tire sur tout ce qui bouge » et que ce sont les imams les gen­tils du film, ceux qui arrivent à la fin à réc­on­cili­er tout le monde dans la cité en feu.

L’insulte et la victimisation en bandoulière

Comme en écho, le blog du ciné­ma a inter­viewé le réal­isa­teur. Si cette inter­view qui est dev­enue gênante a dis­paru du blog, elle est tou­jours présente en par­tie sur le site Fdes­ouche.

Un bel exer­ci­ce de vic­tim­i­sa­tion : « on a l’impression qu’il y a une guerre déclarée con­tre l’islam et j’ai envie de dire, con­tre les ban­lieues ». « Les pre­mières ciblées, ce sont les femmes, les femmes voilées ». L’uniformisation du port du voile en ban­lieue ? « Ce sont les femmes qui s’assument, qui sont libres ». Les femmes for­cées à porter le voile ? « Per­son­ne ne force à rien ».

On quitte ensuite les argu­ments d’autorité du réal­isa­teur, qui pense peut-être qu’ils ont un cer­tain crédit, pour pass­er au reg­istre orduri­er.

Insultes à gogo du réalisateur

Out­re leurs films sur la ban­lieue, Math­ieu Kasso­vitz et le réal­isa­teur Ladj Ly ont un point com­mun : les insultes. Alors que Math­ieu Kasso­vitz a — entre autres joyeusetés — proféré des insultes con­tre des policiers sur Twit­ter et a verte­ment insulté Nico­las Dupont-Aig­nan pour s’être ral­lié à Marine Le Pen au 2e tour de l’élection prési­den­tielle de 2017, Ladj Li quant à lui qual­i­fie devant le jour­nal­iste du blog du ciné­ma Zineb El Rha­zoui, l’ancienne jour­nal­iste de Char­lie Heb­do, sous pro­tec­tion poli­cière per­ma­nente, de « con­nasse » et lui con­seille d’« aller se faire enculer ». Éric Zem­mour se voit grat­i­fié d’un « fils de pute ». Sans par­ler de con­sid­éra­tions poli­tiques tout aus­si à l’emporte-pièce. Mais ces pro­pos peu amènes n’empêchent pas que « les mis­érables est un film rassem­bleur, qui appelle à l’harmonie »…

On est loin de la prose ciselée de Vic­tor Hugo. Nous sommes au 21e siè­cle, la France n’est plus la même, on l’avait remar­qué. En tout cas, cela ne fait pas polémique dans les médias. Mais l’essentiel n’est pas là, même si cela pose le per­son­nage.

Au dia­ble les mil­liards engloutis dans la poli­tique de la ville depuis des décen­nies, oublié l’islamisme qui étend son influ­ence dans les cités et fait régn­er une nou­velle loi. Les imams sont là pour sif­fler la fin de la récréa­tion quand il le faut. Oublié le juteux traf­ic de drogue qui gan­grène les cités alors que selon notre Prési­dent les emplois légaux ne man­quent pas puisqu’il faut ouvrir encore plus la France à l’immigration économique via des quo­tas sans pla­fond. Oubliées les men­aces des « jeunes », même si selon la voix off de la bande son du film, quand ils expri­ment leur colère (sous-enten­du vio­lem­ment) « c’est le seul moyen de se faire enten­dre aujourd’hui ». Au dia­ble la représen­ta­tion à l’emporte-pièce de la police, mise en scène de façon car­i­cat­u­rale selon des policiers eux-mêmes.

L’important n’est-il pas qu’enfin un ban­lieusard, et non un « mâle blanc », se soit emparé du sujet de la vie en ban­lieue, avec une telle justesse sem­ble-t-il que notre Prési­dent de la République en a décou­vert la réal­ité, sous un con­cert de louanges dans les médias… On se prend à rêver à l’installation d’un mul­ti­plexe à l’Élysée pour par­faire la cul­ture générale de notre jeune Prési­dent.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).