Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | “Les Grosses Têtes” accusées d’homophobie, de grossophobie et de racisme par les journalistes LGBT
<span class="dquo">“</span>Les Grosses Têtes” accusées d’homophobie, de grossophobie et de racisme par les journalistes LGBT

15 décembre 2020

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | “Les Grosses Têtes” accusées d’homophobie, de grossophobie et de racisme par les journalistes LGBT

Les Grosses Têtes” accusées d’homophobie, de grossophobie et de racisme par les journalistes LGBT

Les Grosses Têtes” accusées d’homophobie, de grossophobie et de racisme par les journalistes LGBT

Dans une étude publiée le 8 décembre 2020, l’Association des journalistes LGBT (AJL) s’en prend à l’émission des “Grosses Têtes” sur RTL, animée par Laurent Ruquier depuis 2014. Celle-ci accuse l’émission de faire preuve d’homophobie (malgré la présence de trois chroniqueurs “ouvertement gays”…), de transphobie, de racisme et de grossophobie, après avoir réalisé une écoute régulière de ses émissions pendant un mois, du 21 septembre et 23 octobre 2020.

Une “cour de récréation” totalisant en moyenne “19 propos discriminants” par émission

D’après l’AJL, “chaque émis­sion con­tient, en moyenne, 19 pro­pos dis­crim­i­nants”. L’essen­tiel de celles-ci seraient des “déc­la­ra­tions sexistes”.

Pas moins de “159 pro­pos sex­istes, 66 déc­la­ra­tions homo­phobes et trans­pho­bes, 51 déc­la­ra­tions racistes et 29 déc­la­ra­tions grosso­phobes” auraient été tenus lors des 24 émis­sions écoutées par l’association.

Le sché­ma de ce har­cèle­ment serait celui d’une “cour de récréa­tion” où “insultes et dis­crim­i­na­tions sont con­stam­ment encour­agées envers des boucs émis­saires désignés”.

Face aux offus­ca­tions de ces lob­by­istes, RTL a indiqué ne pas souhaiter s’exprimer sur le sujet et avoir pleine­ment “con­fi­ance dans le juge­ment de [ses] auditeurs”.

La radio, nouvel eldorado des censeurs LGBT++ ?

Cette fois, RTL est la vic­time du poli­tique­ment cor­rect mais par­fois, ce sont les radios qui se font les gar­di­ens de la moraline.

France Inter est cham­pi­on en la matière, comme l’a rap­pelé leur récent refus de dif­fuser une pub­lic­ité de l’Œu­vre d’Ori­ent parce qu’elle con­tient le mot “chré­tien”.

Sa mai­son mère, Radio France, s’en prend même désor­mais directe­ment à l’Observation du Jour­nal­isme. Le 3 décem­bre dernier, le groupe du “ser­vice pub­lic” a envoyé un huissier à notre hébergeur, OVH, pour se plain­dre de “con­tenus illicites”. Les arti­cles ciblés évo­quaient tous le mil­i­tan­tisme LGBT++ à Radio France. À la vue des péripéties de RTL, il sem­ble com­pliqué de nier l’existence de ce lob­by à l’intérieur du milieu médiatique…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.