Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
France Inter joue le coup à fond avec le 9–3

3 mai 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | France Inter joue le coup à fond avec le 9-3

France Inter joue le coup à fond avec le 9–3

Il n’aura échappé à aucun observateur que la Seine-Saint-Denis a été sur-représentée dans les débats médiatiques autour de la pandémie en cours, du confinement puis du déconfinement. Il est clairement apparu que le 9–3 (alias 9 cube) et le reste de la France ne répondent pas aux mêmes législations. Même France Inter le dit, sans doute par inadvertance.

Le 23 avril 2020, France Inter dif­fuse un reportage inti­t­ulé « Con­fine­ment : en Seine-Saint-Denis, des apparte­ments pour les femmes vic­times de vio­lences con­ju­gales ». Le reportage porte sur le 93.
Il est intéres­sant de pren­dre un peu de recul avant d’en venir à ce reportage.

Un rap­port par­lemen­taire relayé par Le Figaro et Valeurs Actuelles en 2018 révélait que les clan­des­tins (hors immi­grants légaux) représen­teraient entre 8 et 20 % de la pop­u­la­tion du 93. Une sim­ple prom­e­nade dans une ville du départe­ment suf­fit cepen­dant pour se ren­dre compte que ce pour­cent­age n’est qu’une par­tie de l’iceberg : la pop­u­la­tion extra européenne est large­ment majori­taire en Seine-Saint-Denis.

Tou­jours selon le même rap­port par­lemen­taire, l’État « ignore le nom­bre d’habitants dans le 93 ». En 2016 déjà, Jean-Pierre Chevène­ment qui n’est pas Renaud Camus, affir­mait que dans ce départe­ment « une nation­al­ité » dis­parais­sait. Chevène­ment avait même déclaré au micro de France Inter le 29 août : « en Seine-Saint-Denis, il y a 135 nation­al­ités mais il y en a une qui a qua­si­ment dis­paru ». À l’époque, un arti­cle du Point reve­nait sur les pro­pos de l’homme poli­tique en dres­sant un por­trait du 93 et indi­quait des don­nées fournies par l’INSEE : 30 % des habi­tants du 93 étaient alors immi­grés. Un nom­bre ne comp­tant donc pas les « jeunes », autrement dit les enfants d’immigrés ne se recon­nais­sant en règle générale pas dans la France. Le Point indi­quait aus­si que l’immense majorité des habi­tants du départe­ment est d’origine africaine, du Maghreb mais aus­si d’Afrique sub­sa­hari­enne. Cette sec­onde orig­ine est majori­taire main­tenant, tant dans les chiffres que dans le paysage eth­nique des villes. Et la reli­gion ultra majori­taire est l’islam. L’hebdomadaire le dis­ait : « Le départe­ment compte, de fait, un nom­bre record de mosquées : c’est le ter­ri­toire le mieux doté dans ce domaine (avec 160 lieux de culte dédiés à l’islam). »

Ce retour sur le réel est donc une néces­sité pour saisir l’article de France Inter du 23 avril 2020.

France Inter lutte contre les violences conjugales

C’est une des obses­sions du gou­verne­ment. Une obses­sion légitime : qui pour­rait défendre la vio­lence à l’intérieur des familles, en par­ti­c­uli­er des hommes con­tre leurs femmes ou leurs com­pagnes ? Le fait est là : durant le con­fine­ment, ces vio­lences sont plus élevées dans le 93, de cul­ture eth­nique mas­sive­ment non européenne, que partout ailleurs, même si le gou­verne­ment n’en dit mot. C’est pourquoi, France Inter analyse ce qui se passe dans le départe­ment : « En plein con­fine­ment, Plaine Com­mune Habi­tat, l’un des bailleurs soci­aux de Seine-Saint-Denis, met à la dis­po­si­tion des femmes vic­times de vio­lences con­ju­gales une dizaine d’appartements entière­ment meublés pour leur per­me­t­tre de démar­rer une nou­velle vie. La pre­mière famille est arrivée ce mer­cre­di. »

Ces apparte­ments sont des­tinés aux femmes vic­times de vio­lence et oblig­ées de quit­ter leur domi­cile. La ques­tion qui se pose d’après France Inter est : « Quelles solu­tions donc pour les femmes vic­times de leur con­joint dans cette péri­ode si par­ti­c­ulière ? »

Le cœur du réel passé sous silence

Un exem­ple est don­né : « C’est le cas de Djami­lah (prénom mod­i­fié). Sa petite fille de 2 ans et demi court partout dans l’appartement et en la regar­dant, Djami­lah parvient à sourire. Arrivée avec ses deux gross­es valis­es dans son nou­veau chez-soi, la jeune femme en ter­mine avec le huis clos trag­ique de son ancien apparte­ment. “J’ai eu des prob­lèmes avec mon mari, il m’a cassé le nez”, détaille Djami­lah, déjà vic­time dans le passé des coups de son com­pagnon. »

Nous ne savons pas de quelle orig­ine exacte est Djami­lah, pas plus que celle de son com­pagnon. France Inter laisse enten­dre le réel, le laisse devin­er mais n’insiste pas. Ce serait cepen­dant sans doute dif­férent si la jeune femme et son com­pagnon étaient eth­nique­ment européens : l’article insis­terait sans doute sur ce sujet. Le prob­lème (éludé) est ain­si avant tout eth­nique et cul­turel : la place de la femme dans les cul­tures non européennes per­met plus de vio­lences.

Les dix apparte­ments en ques­tion sont mis à dis­po­si­tion de ces vic­times et sont gérés par une chargée de mis­sion de Plaine Com­mune Habi­tat, Sofia Boutrih. Un départe­ment africain, musul­man, où les vio­lences sont celles inhérentes à des cul­tures spé­ci­fiques. Quelle nation­al­ité, pour repren­dre l’expression de Chevène­ment, a bien pu dis­paraître? Le lecteur qui a la réponse peut l’envoyer directe­ment à France Inter.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision