Accueil | Actualités | Médias | Les Échos passent au paiement à la demande sur Internet
Pub­lié le 16 octobre 2012 | Éti­quettes : ,

Les Échos passent au paiement à la demande sur Internet

La presse quotidienne française va mal. Entre la baisse du lectorat, la baisse concomitante de la publicité, l’équilibre entre format papier et format toile, les quotidiens sont à la recherche d’un nouveau modèle économique. La presse économique quotidienne ne fait pas exception. Malgré la disparition de la version papier de La Tribune, Les Échos continuent d’être dans le rouge même si la perte sera moindre en 2012 qu’en 2011. Après le New York Times, Les Échos tentent le web payant. Une formule à la demande mariant articles gratuits avec un plafond puis un abonnement au-delà du plafond. Le quotidien a déjà supprimé 55 postes en 2012 (dont 15 journalistes) dans le cadre d’un plan de départs volontaires plus 25 ruptures conventionnelles.

Source : Jean-Marie Charon, 6ème Assises du journalisme, Poitiers, 3 octobre 2012

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This