Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Les Échos passent au paiement à la demande sur Internet

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

16 octobre 2012

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Les Échos passent au paiement à la demande sur Internet

Les Échos passent au paiement à la demande sur Internet

Temps de lecture : < 1 minute

La presse quo­ti­di­enne française va mal. Entre la baisse du lec­torat, la baisse con­comi­tante de la pub­lic­ité, l’équilibre entre for­mat papi­er et for­mat toile, les quo­ti­di­ens sont à la recherche d’un nou­veau mod­èle économique. La presse économique quo­ti­di­enne ne fait pas excep­tion. Mal­gré la dis­pari­tion de la ver­sion papi­er de La Tri­bune, Les Échos con­tin­u­ent d’être dans le rouge même si la perte sera moin­dre en 2012 qu’en 2011. Après le New York Times, Les Échos ten­tent le web payant. Une for­mule à la demande mari­ant arti­cles gra­tu­its avec un pla­fond puis un abon­nement au-delà du pla­fond. Le quo­ti­di­en a déjà sup­primé 55 postes en 2012 (dont 15 jour­nal­istes) dans le cadre d’un plan de départs volon­taires plus 25 rup­tures conventionnelles.

Source : Jean-Marie Charon, 6ème Assis­es du jour­nal­isme, Poitiers, 3 octo­bre 2012