Accueil | Actualités | Médias | L’effet Libé : Menaces de mort au Courrier Picard
Pub­lié le 24 novembre 2013 | Éti­quettes : , , ,

L’effet Libé : Menaces de mort au Courrier Picard

Inspiré par le « tireur fou » de Libération, qui s’était également rendu armé d’un fusil à pompe à BFMTV, un homme s’en est pris au siège du journal Le Courrier Picard à Amiens.

Arrivé ce vendredi vers 6h du matin, l’homme d’une quarantaine d’années a proféré des menaces de mort à l’encontre des gardiens et des journalistes de la rédaction. Violent, il a porté des coups dans la porte et, selon le journal, a fait référence au « tireur fou » de Libération, qui lui a sans doute donné des idées. Des policiers l’ont ensuite interpellé et placé en garde-à-vue. Le journal a fait part de son intention de porter plainte.

« Pour le lectorat, il s'agit d'un véritable retour aux sources »

« Pour le lectorat, il s'agit d'un véritable retour aux sources »

La veille, Le Courrier Picard s’était déjà fait remarquer en publiant, comme chaque année depuis trois ans, une version de son journal écrite en langue picarde. Ainsi, les première, deuxième et dernière pages étaient rédigées dans la langue des origines afin de rappeler aux lecteurs le langage de leurs ancêtres. « Pour le lectorat, il s'agit d'un véritable retour aux sources, et d'un jeu. Certains parlent parfaitement le picard évidemment, mais les moins aguerris tentent de comprendre le titre de une et se ruent ensuite à l'intérieur du journal pour voir s'ils ont bien compris », a expliqué au Figaro Mickaël Tassart, rédacteur en chef.

« Nos lecteurs nous félicitent à chaque fois de cette initiative, nous recevons du courrier en picard, des remerciements, des incitations à continuer », a-t-il ajouté. Une opération enracinée qui porte ses fruits : les ventes augmentent traditionnellement, ce jour-là, de 5 %.

Voir aussi : Abdelhakim Dekhar : Libération louait les « méthodes des antifa » trois jours avant l’attentat

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This