Accueil | Actualités | Médias | L’éditeur de L’Express dans le rouge en 2013
Pub­lié le 13 mars 2014 | Éti­quettes : ,

L’éditeur de L’Express dans le rouge en 2013

Le groupe belge Roularta, qui édite L'Express en France et dont l'activité se compose essentiellement de presse papier, a accusé une perte nette de 57,9 millions d'euros en 2013.

Selon le groupe, la perte enregistrée s'explique par « la comptabilisation de 40,6 millions d'euros de réductions de valeur sur les titres français et de 27,6 millions d'euros de frais de restructurations et uniques après impôts en Belgique et en France ».

Bien qu'il avait promis, en 2012, de renverser la vapeur après une perte de 1,7 millions d'euros, cela ne s'est pas fait et c'est désormais sur 2014 que Roularta porte ses espoirs, expliquant que les restructurations exceptionnelles auxquelles il a procédé vont porter leurs fruits.

Mais pour l'année 2013, son chiffre d'affaires a baissé de 5% à 676 millions d'euros, et cela est essentiellement dû à son activité (majoritaire) dans la presse écrite, avec une perte de 6,2% à 508 millions d'euros. Dans l'audiovisuel, le CA a baissé de 2,4% à 168,7 millions d'euros.

Sur internet par contre, Roularta annonce avoir réalisé un chiffre d'affaires d'environ 40 millions d'euros, dont 30 millions liés à la publicité. C'est donc vers le numérique que celui-ci va orienter ses projets futurs.

Outre L'Express en France, Roularta publie notamment Trends, Knack et Le Vif chez nos voisins belges.

Voir notre infographie du groupe L’Express-Roularta

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This