Accueil | Actualités | Médias | Le Spiegel en proie à une crise interne
Pub­lié le 8 septembre 2014 | Éti­quettes : ,

Le Spiegel en proie à une crise interne

Malgré une situation économique à faire pâlir d'envie ses équivalents français, Der Spiegel traverse actuellement une crise interne.

Modèle dans les années 70, le quotidien est toujours la référence en Allemagne où il règne en maître incontesté. Pourtant, il n'est pas épargné par la quête d'identité des journaux en pleine mutation numérique. Wolfgang Büchner, nommé il y a un an au poste de rédacteur en chef, a récemment déclenché la colère des journalistes.

Dans sa volonté de s'adapter à la nouvelle ère numérique, M. Büchner a voulu rapprocher une bonne fois pour toutes les rédactions web et papier. Tollé général dans la vieille maison. Près de 80 % de ses journalistes viennent d'adresser une lettre ouverte aux actionnaires du journal pour demander l'abandon immédiat du projet.

Aussitôt, ses supérieurs ont signifié au rédac' chef du Spiegel qu'il ne devait plus, désormais, gérer le suivi quotidien des rédactions. « Une décision en forme de désaveu poli, mais ferme », écrit Le Point.

Malgré ces tensions, générées par les « baronnies » de la rédaction attachées aux méthodes traditionnelles, Der Spiegel reste le premier quotidien allemand. « Malgré une diffusion en légère baisse de 3 % en deux ans, l'hebdomadaire écoule encore près de 875 000 exemplaires chaque semaine (...). Son site, qui revendique 10,2 millions de visiteurs uniques chaque mois, est quant à lui bénéficiaire depuis... 2007, une performance rare sur la Toile », résume bien Le Point.

Crédit photo : wuerml via Flcikr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This