Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le Spiegel en proie à une crise interne

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

8 septembre 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le Spiegel en proie à une crise interne

Le Spiegel en proie à une crise interne

Temps de lecture : 2 minutes

Malgré une situation économique à faire pâlir d’envie ses équivalents français, Der Spiegel traverse actuellement une crise interne.

Mod­èle dans les années 70, le quo­ti­di­en est tou­jours la référence en Alle­magne où il règne en maître incon­testé. Pour­tant, il n’est pas épargné par la quête d’i­den­tité des jour­naux en pleine muta­tion numérique. Wolf­gang Büch­n­er, nom­mé il y a un an au poste de rédac­teur en chef, a récem­ment déclenché la colère des journalistes.

Dans sa volon­té de s’adapter à la nou­velle ère numérique, M. Büch­n­er a voulu rap­procher une bonne fois pour toutes les rédac­tions web et papi­er. Tol­lé général dans la vieille mai­son. Près de 80 % de ses jour­nal­istes vien­nent d’adress­er une let­tre ouverte aux action­naires du jour­nal pour deman­der l’a­ban­don immé­di­at du projet.

Aus­sitôt, ses supérieurs ont sig­nifié au rédac’ chef du Spiegel qu’il ne devait plus, désor­mais, gér­er le suivi quo­ti­di­en des rédac­tions. « Une déci­sion en forme de désaveu poli, mais ferme », écrit Le Point.

Mal­gré ces ten­sions, générées par les « baron­nies » de la rédac­tion attachées aux méth­odes tra­di­tion­nelles, Der Spiegel reste le pre­mier quo­ti­di­en alle­mand. « Mal­gré une dif­fu­sion en légère baisse de 3 % en deux ans, l’heb­do­madaire écoule encore près de 875 000 exem­plaires chaque semaine (…). Son site, qui revendique 10,2 mil­lions de vis­i­teurs uniques chaque mois, est quant à lui béné­fi­ci­aire depuis… 2007, une per­for­mance rare sur la Toile », résume bien Le Point.

Crédit pho­to : wuerml via Flcikr (cc)