Accueil | Actualités | Médias | Le quotidien Le Matin du groupe suisse Tamedia dans la tourmente
Pub­lié le 13 juillet 2018 | Éti­quettes : , ,

Le quotidien Le Matin du groupe suisse Tamedia dans la tourmente

La presse suisse est dominée par deux grands groupes alémaniques. Ringier dont nous soulignions la bonne santé quasi insolente et Tamedia (Le Matin, 20 minutes, Berner Zeitung, Finanz und Wirtschaft, Tagblatt der Stadt Zürich, Tages-Anzeiger et bien d’autres). Tamedia semble en moins bonne santé, en retard relatif dans le numérique par rapport à son concurrent.

Disparition du Matin ?

Le Matin avec Le Temps (Ringier) fait partie des deux quotidiens les plus importants de Suisse francophone. Le Matin dimanche est même le seul quotidien dominical depuis la disparition de La Suisse. Mais le quotidien doit abandonner sa formule papier le 21 juillet 2018 pour laisser place à une édition purement numérique.

La nouvelle formule lematin.ch doit employer une dizaine de collaborateurs, impliquant par là le licenciement (ou le reclassement dans d’autres titres du groupe) de la plupart des journalistes. Ces derniers ont observé un mouvement de grève au début de l’été avant que les négociations ne reprennent avec la direction du groupe.

Pour mieux renaître ?

Le titre en l’état perd plus de six millions de francs suisses par an et ne semble pas pouvoir être sauvé tel quel. Une piste de reprise par les employés a été proposée par Thierry Brandt, un chef d’édition licencié par le journal. Mais il faudra trouver des investisseurs à un moment où les aides publiques se raréfient.

Un autre projet met l’accent sur le sport. Des contacts ont été pris avec Christian Constantin, propriétaire flamboyant du club de football du FC Sion (canton du Valais). Le Matin Sports pourrait être publié une vingtaine de fois par an en tirant à cent mille exemplaires, mais on ignore qui serait le chef de file entre Tamedia et Constantin. Le Matin a encore des soucis à se faire.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This