Accueil | Actualités | Médias | Le Parisien fait les yeux doux à la PQR
Pub­lié le 21 mai 2015 | Éti­quettes : , ,

Le Parisien fait les yeux doux à la PQR

La décision de mutualiser le supplément week-end du Parisien, Le Parisien magazine, en le cédant à certains groupes de presse régionale, devrait être prise avant l'été. Un marché juteux en perspective pour les Éditions Amaury, éditrices des quotidiens Le Parisien et L’Équipe.

Les discussions avancent mais on ne s'est pas encore tapé dans la main. En jeu, la mise à disposition des lecteurs de PQR du Parisien magazine en fin de semaine. Le contenu, national, du supplément, ne subirait aucune modification : il est jugé satisfaisant par les éditeurs régionaux. Seul son titre changera pour adopter une marque générique. Une "Base line" différente le rattachera à chacun des journaux qui le distribueront. La publicité quant à elle pourra être localisée dans le "nouveau" produit. Restent certains points encore en suspens avant la conclusion d'un éventuel accord. Les questions de l'impression et de la logistique de transports ne sont pas encore tranchées. Contrairement au TV hebdo et à Version femina, qui sont livrés "clé en main" à la presse quotidienne régionale par leurs éditeurs Le Figaro et Lagardère active, Le Parisien magazine serait tiré localement par chacun des groupes qui en ferait l'acquisition.

Cinq éditeurs régionaux, parmi les plus gros, sont pour l'instant intéressés par le futur produit. Il s'agit de La Voix du nord, de Sud-Ouest, de La Dépêche du midi, de La Nouvelle république du centre ouest, de La Montagne. Grâce au supplément généraliste de fin de semaine, ces derniers comptent en premier lieu fidéliser leur lectorat le vendredi. Ils veulent aussi accroître leur chiffre d'affaires au travers de l'augmentation du prix. La publicité locale vendue dans "leur" édition sera par ailleurs autant de recettes publicitaires complémentaires dans un marché baissier de 8% par an.

Le Parisien, qui diffuse son supplément à plus de 280 000 exemplaires en région parisienne, mise lui sur deux axes avec cette expansion hexagonale. Grâce à la future syndication de son supplément, il diminuera sensiblement ses coûts fixes (impression, personnel, etc). De surcroît, il compte bien séduire des annonceurs nationaux, notamment institutionnels, soucieux de communiquer en régions.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This