Accueil | Actualités | Médias | Le lent naufrage de la PQR
Pub­lié le 14 octobre 2014 | Éti­quettes : ,

Le lent naufrage de la PQR

La presse nationale – à la brillante exception de La Croix va de licenciements massifs (Libération) en refonte de maquette sans faire évoluer le fond (Le Monde) quand elle ne s’enfonce pas dans le marasme (Le Parisien/Aujourd’hui en France).

On a cru longtemps que la Presse Quotidienne Régionale (PQR) se portait mieux. Il n’en est rien. Selon Breizh Atao, elle a en effet perdu 30% de ses recettes en six ans…

Un conformisme idéologique certain, la pratique de l’entre-soi, la concurrence d’Internet, des familles actionnaires peu enclines aux changements technologiques : autant de raisons qui expliquent la désaffection des lecteurs.

La crise de Nice-Matin est à cet égard exemplaire. En quelques années un fleuron de la presse de province s’apprête – quel que soit le repreneur – à un plan social sévère.

Crédit photo : theseanster93 via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This