Accueil | Actualités | Médias | Le FN ferme définitivement ses portes au « Petit Journal »
Pub­lié le 9 janvier 2014 | Éti­quettes : , ,

Le FN ferme définitivement ses portes au « Petit Journal »

Mardi 9 janvier, les équipes du « Petit Journal » de Canal+ n’ont pas pu accéder à la conférence de presse organisée au siège du FN pour les vœux de Marine Le Pen.

Ces derniers avaient déjà été refoulés en décembre dernier, à Carpentras, alors que le Front National présentait ses candidats aux municipales. Cette fois, rebelote. Le « Petit Journal » n’est toujours pas le bienvenu aux conférences frontistes et sa journaliste Salhia Brakhlia a dû rester devant les grilles. Sur BFMTV, Marine Le Pen se justifie et rappelle que « la presse a une charte, qu’il faut relire de temps en temps, une charte de déontologie qui impose aux journalistes aussi un certain nombre de devoirs. »

« Quand un site comme celui de Médiapart exprime très clairement qu’il interviewera l’intégralité des candidats à la présidentielle mais qu’il se refuse à interviewer le candidat du FN, alors nous ne sommes plus dans les conditions d’impartialité, d’absence d’hostilité manifeste, qui sont pourtant les conditions déontologiques de l’exercice de la profession de journaliste », a ajouté la présidente du FN avant de conclure : « Il y a comme ça un certain nombre de médias qui sont dans un combat politique clair et exprimé, d’ailleurs c’est tout à leur honneur. Mais d’autres le sont mais ne le disent pas. Par conséquent, il faut qu’ils en assument les conséquences. »

Crédit photo : DR

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This