Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Nice-Matin : la douche belge
Nice-Matin : la douche belge

24 octobre 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Nice-Matin : la douche belge

Nice-Matin : la douche belge

Nice-Matin : la douche belge

Le groupe wallon Nethys a conditionné son entrée au capital de Nice-Matin à de nouvelles coupes dans les effectifs. La douche belge ne fait que commencer sur la Riviera.

Habitué à la co-ges­tion pater­nal­iste des familles Bavas­tro et Com­boul, alliées de cir­con­stance avec le puis­sant Syn­di­cat du Livre CGT, les salariés de Nice-Matin vont com­mencer à déchanter. Le groupe belge Nethys, édi­teur du quo­ti­di­en L’Avenir et de l’heb­do­madaire Mous­tique en Wal­lonie, ne recap­i­talis­era pas le quo­ti­di­en niçois sans con­di­tion. Annon­cée en mai, sa prise de 20% de par­tic­i­pa­tions au sein du jour­nal sera effec­tive fin novem­bre. En échange d’un investisse­ment de l’or­dre de 15 mil­lions d’eu­ros sur trois ans, les salariés action­naires devront accepter de nou­velles coupes dans les effec­tifs. En 2015, avant que les Belges n’in­vestis­sent, 140 postes avaient été déjà sup­primés. Une quar­an­taine de jour­nal­istes avait par ailleurs quit­té Nice-Matin. Ces derniers avaient fait jouer la clause de ces­sion, suite à la reprise de l’en­tre­prise de presse par les salariés. Le futur-nou­v­el action­naire demande l’ou­ver­ture d’un guichet de 100 à 150 départs volon­taires en 2017. La grande majorité con­cern­era les fonc­tions tech­niques et admin­is­tra­tives. Aucun jour­nal­iste et com­mer­cial de la régie n’est cette fois visé.

Nethys décou­vre au fur et à mesure l’am­pleur de la masse salar­i­ale non pro­duc­tive. Les ser­vices tech­niques et admin­is­trat­ifs du groupe comptent encore pas moins de 155 per­son­nes sur un total de 645 salariés. La CGT a tou­jours veil­lé au grain pour main­tenir intactes ses prében­des… et son élec­torat. Alors que le groupe Her­sant, pro­prié­taire de Nice-Matin après les direc­tions famil­iales, avait lais­sé pour­rir la sit­u­a­tion en se rever­sant au pas­sage de con­fort­able frais “groupe”, Nethys veut dégager de pre­miers béné­fices dès 2017 (Nice-Matin sera tout juste à l’équili­bre en 2016). C’est la con­di­tion sine qua non posée pour pren­dre, en 2019, 51% de la future société en joint-ven­ture créée avec les salariés. Il devrait rester à cette échéance à Nice-Matin entre 400 et 500 per­son­nes, la moitié par rap­port à 2010.

Crédit pho­to : DR

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».