Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le dessinateur Marsault censuré par Facebook
Le dessinateur Marsault censuré par Facebook

12 décembre 2017

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Le dessinateur Marsault censuré par Facebook

Le dessinateur Marsault censuré par Facebook

Le dessinateur Marsault censuré par Facebook

Le combat pour la neutralité de la toile et des réseaux sociaux est en train de changer de dimension. Alors que Google et Facebook veulent « filtrer l’information pour échapper aux fausses nouvelles », c’est une véritable censure qui se met progressivement en place au nom d’une pseudo morale liberticide.

La dernière vic­time en est le dessi­na­teur Marsault. Ce dernier, qui cul­tive volon­tiers un style trash dans ses albums (voir ses albums chez Ring Deux poids deux mesures et Breum vol­umes I et II) dans le style de Philippe Vuillemin, vient de se faire sup­primer son compte Facebook.

Dans un com­mu­niqué pub­lié sur la page Face­book des édi­tions Ring, le dessi­na­teur annonce ne pas faire appel de la déci­sion du réseau social. « Le bou­ton faire appel de Face­book, c’est l’équivalent de l’avocat com­mis d’office pen­dant un procès sovié­tique » argu­mente-t-il. Il s’insurge con­tre la purge dont seraient vic­times les artistes cat­a­logués « patri­otes ». Définis­sant la lib­erté d’expression en France comme « le fond de Staline avec la forme de Yann Barthès » il n’envisage pas de recréer une nou­velle page comme le font de nom­breux inter­nautes dont la page a été sup­primée sans autre forme de procès, et aban­donne toute présence sur les réseaux sociaux.

Cha­cun peut aimer ou détester le style de Marsault, mais à un moment où les réseaux soci­aux pren­nent de plus en plus d’importance sur le plan de la notoriété et encore plus sur le plan com­mer­cial la démarche de Face­book est une con­damna­tion à réclu­sion sociale.

Voir aussi  Allemagne : les journalistes disent non à la loi liberticide NetzDG

Crédit pho­to : © Marsault / Édi­tions Ring

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.