Accueil | Actualités | Médias | Le CSA saisi après la diffusion de la vidéo de Vincent Lambert
Pub­lié le 12 juin 2015 | Éti­quettes : , ,

Le CSA saisi après la diffusion de la vidéo de Vincent Lambert

Dans un communiqué, le Conseil supérieur de l'Audiovisuel a annoncé qu'il allait se pencher sur la diffusion de la vidéo de Vincent Lambert, cet homme lourdement handicapé suite à un accident de voiture en 2008 et dont le sort fait débat.

Mercredi, suite à la diffusion de cette vidéo où on le voit réagir par le regard à la présence de son demi-frère, diffusion assurée par le comité de soutien en faveur de son maintien en vie, les chaînes de télévision BFMTV et TF1 ont choisi de diffuser l'extrait à l'antenne. France 2 et i>Télé ont également relayé la vidéo, mais en floutant le visage de Vincent Lambert.

D'où la volonté du CSA « d’instruire avec une particulière vigilance les séquences de ce jour diffusées à la télévision concernant Monsieur Vincent Lambert, notamment au regard de l’application du principe de respect de la dignité humaine ».

La question que n’ont pas manqué de se poser les membres du comité de soutien est de savoir si laisser mourir de faim et de soif ce grand handicapé (arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme du 5 juin 2015) est conforme au respect de sa dignité humaine.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This