Accueil | Actualités | Médias | Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam
Pub­lié le 22 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , , , ,

Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam

Un débat sur l’islam organisé durant l’émission de Christophe Hondelatte, « Hondelatte Dimanche », le 17 février 2013 sur Numéro 23 a suscité une réaction du CSA qui est « intervenu » auprès de la chaîne.

L’un des thèmes de l’émission était : « L'islam est-il soluble dans la République ? » Robert Ménard, qui comptait parmi les invités, a notamment déclaré, au milieu d’une longue intervention : « Je trouve que l'islam n'est pas une religion sympathique. » C’en est trop pour le CSA qui, après une décision prise le 26 juin, est « intervenu » auprès de la chaîne de la TNT le 17 juillet, lui reprochant un « manque aux obligations déontologiques ».

Il reproche à Numéro 23, chaîne de la « diversité », d’avoir manqué à son devoir de « cohésion sociale » et de défense des « valeurs d'intégration et de lutte contre les discriminations ». En outre, le CSA considère que ce sujet aurait du être traité avec plus de « vigilance, prudence et pondération ».

Christophe Hondelatte a réagi sur son compte Twitter en déclarant que le CSA était « le nouveau censeur de la pensée unique ! » Le débat était pourtant légitime : un sondage Ipsos, publié quelques jours plus tôt dans Le Monde, indiquait que 74 % des Français estimaient que l'islam était une religion « intolérante » et incompatible avec les valeurs de la société française…

Crédit photo : capture d'écran site www.numero23.fr

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

8% récolté
Nous avons récolté 155,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux