Accueil | Actualités | Médias | Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam
Pub­lié le 22 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , , , ,

Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam

Un débat sur l’islam organisé durant l’émission de Christophe Hondelatte, « Hondelatte Dimanche », le 17 février 2013 sur Numéro 23 a suscité une réaction du CSA qui est « intervenu » auprès de la chaîne.

L’un des thèmes de l’émission était : « L'islam est-il soluble dans la République ? » Robert Ménard, qui comptait parmi les invités, a notamment déclaré, au milieu d’une longue intervention : « Je trouve que l'islam n'est pas une religion sympathique. » C’en est trop pour le CSA qui, après une décision prise le 26 juin, est « intervenu » auprès de la chaîne de la TNT le 17 juillet, lui reprochant un « manque aux obligations déontologiques ».

Il reproche à Numéro 23, chaîne de la « diversité », d’avoir manqué à son devoir de « cohésion sociale » et de défense des « valeurs d'intégration et de lutte contre les discriminations ». En outre, le CSA considère que ce sujet aurait du être traité avec plus de « vigilance, prudence et pondération ».

Christophe Hondelatte a réagi sur son compte Twitter en déclarant que le CSA était « le nouveau censeur de la pensée unique ! » Le débat était pourtant légitime : un sondage Ipsos, publié quelques jours plus tôt dans Le Monde, indiquait que 74 % des Français estimaient que l'islam était une religion « intolérante » et incompatible avec les valeurs de la société française…

Crédit photo : capture d'écran site www.numero23.fr

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This