Accueil | Actualités | Médias | Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam
Pub­lié le 22 juillet 2013 | Éti­quettes : , , , , , ,

Le CSA n’aime pas les débats sur l’islam

Un débat sur l’islam organisé durant l’émission de Christophe Hondelatte, « Hondelatte Dimanche », le 17 février 2013 sur Numéro 23 a suscité une réaction du CSA qui est « intervenu » auprès de la chaîne.

L’un des thèmes de l’émission était : « L'islam est-il soluble dans la République ? » Robert Ménard, qui comptait parmi les invités, a notamment déclaré, au milieu d’une longue intervention : « Je trouve que l'islam n'est pas une religion sympathique. » C’en est trop pour le CSA qui, après une décision prise le 26 juin, est « intervenu » auprès de la chaîne de la TNT le 17 juillet, lui reprochant un « manque aux obligations déontologiques ».

Il reproche à Numéro 23, chaîne de la « diversité », d’avoir manqué à son devoir de « cohésion sociale » et de défense des « valeurs d'intégration et de lutte contre les discriminations ». En outre, le CSA considère que ce sujet aurait du être traité avec plus de « vigilance, prudence et pondération ».

Christophe Hondelatte a réagi sur son compte Twitter en déclarant que le CSA était « le nouveau censeur de la pensée unique ! » Le débat était pourtant légitime : un sondage Ipsos, publié quelques jours plus tôt dans Le Monde, indiquait que 74 % des Français estimaient que l'islam était une religion « intolérante » et incompatible avec les valeurs de la société française…

Crédit photo : capture d'écran site www.numero23.fr

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux