Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Coran-virus : arme de l’État islamique contre ses ennemis

3 avril 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Le Coran-virus : arme de l’État islamique contre ses ennemis

Le Coran-virus : arme de l’État islamique contre ses ennemis

The Diplomat est un magazine et un site spécialisé dans tout ce qui a trait aux affaires internationales asiatiques. Particulièrement reconnu pour la finesse de ses analyses et pour la fiabilité de ses sources, The Diplomat fait appel à des plumes de toutes les nationalités, asiatiques mais aussi anglo-saxonnes.

Propagande islamiste

Le 24 mars 2020, le mag­a­zine s’est penché sur la façon dont réag­it l’État islamique devant la pandémie mon­di­ale. L’auteur de l’article inti­t­ulé Châ­ti­ment divin : la pro­pa­gande menée par l’État islamique autour du covid-19, Nur Aziemah Azman, est chercheur asso­ciée au Cen­tre inter­na­tion­al de recherche sur la vio­lence poli­tique et le ter­ror­isme (ICPVTR) à la S. Rajarat­nam School of Inter­na­tion­al Stud­ies (RSIS), Nanyang Tech­no­log­i­cal Uni­ver­si­ty (NTU) de Sin­gapour. Elle sur­veille, traduit et analyse le con­tenu des sites web extrémistes arabes et des plate­formes de médias soci­aux en met­tant l’accent sur la pro­pa­gande et les réc­its de l’É­tat islamique en ligne. Dans ce cas pré­cis, elle a remar­qué un fort développe­ment d’une pro­pa­gande anti-chi­noise et anti-chi­ite.

Que montre-t-elle ?

Dès le développe­ment de la pandémie, la pro­pa­gande de l’EI s’est tournée vers la Chine, con­sid­érée pour l’heure comme foy­er d’origine, par­lant du coro­n­avirus comme d’un « châ­ti­ment divin ». Pré­cisé­ment : « Qu’Allah punisse la Chine de mort car les chi­nois ont fait mourir des musul­mans: Le coro­n­avirus est l’armée d’Allah ». Bien que peu intéressé par leur sort aupar­a­vant, c’est au pré­texte du com­porte­ment de la Chine vis-à-vis de sa minorité musul­mane que se développe cette rhé­torique. Depuis le 6 févri­er 2020, c’est même le bul­letin heb­do­madaire offi­ciel de l’EI en arabe, Al-Naba, qui réper­cute la pro­pa­gande : « la vengeance d’Allah est ter­ri­ble ». Il s’agit de rap­pel­er aux croy­ants que la déter­mi­na­tion sera récom­pen­sée, d’après le Coran, au Par­adis. Les arti­cles évo­quent la « souf­france méritée » des chi­nois et la néces­sité « d’exterminer leurs récoltes ».

Dans le même temps, le bul­letin de l’EI a con­seil­lé aux musul­mans d’éviter d’entrer ou de sor­tir des « zones con­t­a­m­inées », un point qui ne sur­pren­dra que ceux qui pensent encore que le ter­ror­isme islamiste n’est pas ultra organ­isé. Nous ne pou­vons que leur con­seiller la lec­ture des Espi­ons de la ter­reur (Harper­collins) de Matthieu Suc, jour­nal­iste de Médi­a­part. D’ailleurs, l’EI con­seille aus­si aux per­son­nes infec­tées d’éviter tout con­tact avec les autres et appelle les sci­en­tifiques et médecins à tra­vailler effi­cace­ment en vue de trou­ver un traite­ment. Il n’est pas anodin de rap­pel­er que la région où l’EI existe tou­jours, le Moyen-Ori­ent, dans la poche de Baghouz en Syrie, est infec­tée par l’épidémie de MERS-Cov, virus de la même famille quelle covid-19, depuis 2012.

Ce côté raisonnable de l’EI, si l’on peut dire cela d’une telle organ­i­sa­tion, est cepen­dant con­tre­bal­ancé par l’exhortation faite aux musul­mans de prier Allah afin d’être pro­tégés du virus. Le bul­letin l’indique : le covid-19 est une oppor­tu­nité pour chaque musul­man afin de repren­dre le chemin de la prière, de recon­naître la peur du châ­ti­ment divin et de réfléchir sur la faib­lesse humaine, com­par­a­tive­ment à la grandeur d’Allah.

Anti-chiisme

Ce même « châ­ti­ment divin » est invo­qué à l’égard de l’Iran et donc du chi­isme. Dans Al-Naba, l’EI s’est réjoui de l’épidémie en Iran, moquant le fait que l’une des villes saintes du chi­isme serait hypothé­tique­ment dev­enue l’épicentre du virus. Le bul­letin se moque du fait que les lieux saints soient inter­dits pour « cause de mal­adie ». Il y a un « jour­nal­iste » de ce bul­letin qui manie l’ironie. L’article va plus loin, évo­quant le « poly­théisme » des chi­ites.

Con­cer­nant le reste du monde, l’EI con­sid­ère que les musul­mans qui meurent de mal­adies telles que le covid-19 sont des mar­tyrs. Cela ne vaut pas pour les Iraniens, plutôt appelés à faire amende hon­or­able en rejoignant « l’islam véri­ta­ble ». Ici aus­si, l’État islamique compte sur « l’armée d’Allah », autrement dit le virus.

The Diplo­mat nous informe pré­cisé­ment : il est dans le monde des indi­vidus qui sont heureux de la pandémie, du moment qu’elle ne touche pas leurs sem­blables. Ces indi­vidus tou­jours act­ifs et béné­fi­ciant encore d’un espace, même si forte­ment réduit, dif­fusent de la pro­pa­gande, un « média » sur lequel les gou­verne­ments occi­den­taux devraient plus se con­cen­tr­er que sur les médias alter­nat­ifs qu’ils envis­agent de réduire dans leurs con­trées. D’autant que les « médias » de l’EI atteignent les ban­lieues français­es — d’où prove­naient plus de 30 % des com­bat­tants récents du ter­ror­isme de l’EI issus d’autres pays que des pays musul­mans. Ban­lieues dont l’on sait actuelle­ment que l’autorité de la police, en matière de con­fine­ment, est mod­érée par ses chefs. Avant d’être un tueur, le ter­ror­iste de l’EI exerçant en Europe est sou­vent un deal­er de quarti­er ou une petite frappe. Du genre à pren­dre la pro­pa­gande du bul­letin heb­do­madaire de l’EI à la let­tre.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision