Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Emmanuel Macron, le faible poids des mots, le choc des photos

21 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Emmanuel Macron, le faible poids des mots, le choc des photos

Emmanuel Macron, le faible poids des mots, le choc des photos

Notre Président jupitérien avait annoncé au début de son mandat sa volonté de prendre de la hauteur, en tant que « clef de voute » de la vie politique. Si la parole présidentielle est choisie avec soin, quand toutefois il ne vilipende pas les français, en France comme à l’étranger, ses conseillers en communication ne sont pas à l’abri du réel qui s’invite parfois involontairement au détour d’une photo prise lors d’un déplacement.

L’album pho­to du man­dat prési­den­tiel 2017–2022 évo­quera dans quelques années une grande ouver­ture d’esprit du prési­dent jupitérien ou…une incon­science rel­a­tive de la stature de chef de l’État.

Bas résilles et doigt d’honneur

En juin 2018, le Prési­dent posait à l’Élysée devant les caméras avec des musi­ciens LGBT en bas résille sur fond de « moth­er­fuck­er », dont nous tairons la tra­duc­tion pour les esprits chastes. Fin juin de la même année, il posait avec un jeune délin­quant à Saint Mar­tin pen­dant que son voisin sur la pho­to fai­sait un doigt d’honneur très réus­si. À Angoulême, le 30 jan­vi­er, le Prési­dent posait pour la pho­to en ten­ant un tee shirt avec l’inscription « LBD 2020 » dénonçant les vio­lences poli­cières.

C’est ce que l’on appelle hiss­er la fonc­tion prési­den­tielle à des hau­teurs rarement con­nues. On n’avait pas tout vu…

Séparatisme et dissimulation du visage

Le 18 févri­er 2020, le plan de lutte du gou­verne­ment con­tre l’islamisme, heu, le « séparatisme » était présen­té par le Prési­dent de la République à Mul­house. Un ton mar­tial, le men­ton relevé, des pro­pos déter­minés. Une com­mu­ni­ca­tion réussie. Cer­taines mau­vais­es langues diraient, une opéra­tion de com­mu­ni­ca­tion réussie.

Le Prési­dent n’a pas hésité pour mon­tr­er sa déter­mi­na­tion à aller au con­tact des habi­tants d’une cité de Mul­house. « Chez nous l’islam poli­tique n’a pas place », aurait affir­mé le Prési­dent selon La Dépêche. Pour illus­tr­er cet engage­ment, Emmanuel Macron fait face à une jeune musul­mane inté­grale­ment voilée, qui prend tran­quille­ment une pho­to du Prési­dent de la République.

L’histoire ne dit pas si un jour­nal­iste a eu l’outrecuidance de rap­pel­er au Prési­dent tous ces engage­ments pris dans le passé, toutes ces lois adop­tées qui n’engagent que ceux qui les pren­nent, comme la loi pro­hibant la dis­sim­u­la­tion du vis­age dans l’espace pub­lic. De toute façon, la pho­to, peu reprise par les médias de grand chemin, n’est-elle pas suff­isam­ment par­lante ? Mer­ci à notre con­frère Causeur dont nous avons emprun­té le titre sur le même sujet.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision