Accueil | Actualités | Médias | La SDJ d’I-Télé se défend de promouvoir les intérêts africains de Bolloré
Pub­lié le 13 avril 2016 | Éti­quettes : , ,

La SDJ d’I-Télé se défend de promouvoir les intérêts africains de Bolloré

Jeudi dernier dans « Complément d'Enquête », au sein d'un reportage consacré à Vincent Bolloré, patron de Vivendi et propriétaire de Canal+, on peut voir une séquence surprenante mettant en scène une jeune femme qui prétend travailler pour i>Télé.

Alors qu'elle est en train de filmer l'inauguration d'une salle de concert à Conakry (Guinée), celle-ci se voit interrogée par le réalisateur du reportage. À cette occasion, elle assure : « Je travaille pour i>Télé. » Pour elle, la chaîne française s'intéresse à ce sujet car « c'est une première chez nous, nous manquons de salles de spectacles. » Lorsque le journaliste lui demande si elle sait à qui appartient i>Télé, elle répond par la négative.

« À Vincent Bolloré », rétorque-t-il. Surprise, la journaliste laisse échapper un rire nerveux en prenant soudain conscience que sa mission consiste à promouvoir les projets africains de M. Bolloré sous l'égide d'une des chaînes... de M. Bolloré.

Sans doute gênée également par cette séquence, la SDJ d'i>Télé a aussitôt réagi dans un communiqué. « Nous tenons à préciser que cette jeune femme est inconnue de la rédaction d'i>Télé. Elle n'a jamais fait partie des journalistes de la rédaction ni des correspondants pigistes à l'étranger. Elle n'a jamais été missionnée par la rédaction pour réaliser ce reportage », peut-on lire.

Néanmoins, la SDJ confirme que les images tournées par cette journaliste lui ont été transmises ce jour-là. « Mais compte tenu du peu de pertinence de ces images pour une chaîne d'information et surtout du contexte de campagne électorale en Guinée à l'époque des faits, la rédaction avait décidé de ne pas les diffuser sur notre antenne », précise-t-elle.

En résumé, les journalistes d'i>Télé ont tenu à se défendre de toute volonté de promotion en interne les intérêts du propriétaire de leur chaîne, d'autant plus lorsque le sujet ne présente aucune justification éditoriale.

Voir notre infographie du groupe Bolloré

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This