Accueil | Actualités | Médias | La SDJ d’I-Télé se défend de promouvoir les intérêts africains de Bolloré
Pub­lié le 13 avril 2016 | Éti­quettes : , ,

La SDJ d’I-Télé se défend de promouvoir les intérêts africains de Bolloré

Jeudi dernier dans « Complément d'Enquête », au sein d'un reportage consacré à Vincent Bolloré, patron de Vivendi et propriétaire de Canal+, on peut voir une séquence surprenante mettant en scène une jeune femme qui prétend travailler pour i>Télé.

Alors qu'elle est en train de filmer l'inauguration d'une salle de concert à Conakry (Guinée), celle-ci se voit interrogée par le réalisateur du reportage. À cette occasion, elle assure : « Je travaille pour i>Télé. » Pour elle, la chaîne française s'intéresse à ce sujet car « c'est une première chez nous, nous manquons de salles de spectacles. » Lorsque le journaliste lui demande si elle sait à qui appartient i>Télé, elle répond par la négative.

« À Vincent Bolloré », rétorque-t-il. Surprise, la journaliste laisse échapper un rire nerveux en prenant soudain conscience que sa mission consiste à promouvoir les projets africains de M. Bolloré sous l'égide d'une des chaînes... de M. Bolloré.

Sans doute gênée également par cette séquence, la SDJ d'i>Télé a aussitôt réagi dans un communiqué. « Nous tenons à préciser que cette jeune femme est inconnue de la rédaction d'i>Télé. Elle n'a jamais fait partie des journalistes de la rédaction ni des correspondants pigistes à l'étranger. Elle n'a jamais été missionnée par la rédaction pour réaliser ce reportage », peut-on lire.

Néanmoins, la SDJ confirme que les images tournées par cette journaliste lui ont été transmises ce jour-là. « Mais compte tenu du peu de pertinence de ces images pour une chaîne d'information et surtout du contexte de campagne électorale en Guinée à l'époque des faits, la rédaction avait décidé de ne pas les diffuser sur notre antenne », précise-t-elle.

En résumé, les journalistes d'i>Télé ont tenu à se défendre de toute volonté de promotion en interne les intérêts du propriétaire de leur chaîne, d'autant plus lorsque le sujet ne présente aucune justification éditoriale.

Voir notre infographie du groupe Bolloré

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 720,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux