Accueil | Actualités | Médias | La SDJ de RTL se désolidarise d’Éric Zemmour
Pub­lié le 12 octobre 2016 | Éti­quettes : , , , ,

La SDJ de RTL se désolidarise d’Éric Zemmour

Au cœur d'une énième polémique après avoir dit qu'il « respectait » les jihadistes osant mourir (et non tuer) pour leur foi, Éric Zemmour s'est attiré les foudres des journalistes de RTL.

Dans un communiqué publié le 7 octobre, la Société des journalistes (SDJ) de RTL a exprimé son « aversion » pour les propos du polémiste qui « portent atteinte à la mémoire des victimes du terrorisme et à la douleur des familles ». « A maintes reprises, la SDJ a fait part à la direction de RTL de son malaise. Elle s'est désolidarisée des propos d'Eric Zemmour et a posé la question de la place qui lui est dévolue sur l'antenne. Ces débats ont en général lieu en interne », a ajouté la SDJ, qui s'était déjà plaint de la présence du journaliste au sein de la station.

Et quand bien même ses propos n'ont pas été tenus sur l'antenne de RTL, « la Société des Journalistes de RTL se sent pourtant concernée au premier chef ». Et d'estimer que si l'écrivain « se garde en général de franchir les limites qui lui assureraient une condamnation pénale », il s'est, depuis quelques jours, « enfermé dans une logique qui peut selon nous faire le jeu des tenants du terrorisme ».

Pour le moment, Éric Zemmour conserve toujours la confiance de Christopher Baldelli, le PDG de RTL. Mais la pression croissante exercée par les tenants de la pensée correcte pourrait, à terme, mettre fin à cette collaboration, comme ce fut déjà le cas sur France 2 ou, plus récemment, i>Télé.

Dans le numéro d'octobre du magazine Causeur, Zemmour avait déclaré : « Je ne le méprise pas ! Je ne pense pas que les jihadistes soient des abrutis ou des fous. Et je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient - ce dont nous ne sommes plus capables. » Invité à s'expliquer sur BFMTV dernièrement, Éric Zemmour a refusé de s'excuser pour ses propos, estimant qu'ils avaient été interprétés et déformés. « Respect, ça ne veut pas dire approbation ni estime. Je ne respecte pas des gens qui tuent des enfants et des femmes », a-t-il précisé. Et ce dernier de dénoncer « une conjuration de gens qui veulent m'abattre ». Tantôt accusé d'islamophobie, tantôt de complaisance avec les terroristes, Zemmour estime qu'« il faudrait choisir ».

Dans sa dernière chronique, l’avocat Gilles-William Goldnadel, qui ne partage pas le point de vue de Zemmour ironise sur cette « gauche à l’agonie » qui n’a plus que le mot censure à la bouche, preuve son désarroi absolu…

À noter que le parquet de Paris a récemment ouvert à son encontre une enquête pour apologie du terrorisme, alors même que « des milliers de fichés S » sont en liberté...

Voir aussi

Voir d'Eric Zemmour

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux