Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | La rédaction des Inrocks vote à gauche, et en est fière !
La rédaction des Inrocks vote à gauche, et en est fière !

21 avril 2017

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | La rédaction des Inrocks vote à gauche, et en est fière !

La rédaction des Inrocks vote à gauche, et en est fière !

La rédaction des Inrocks vote à gauche, et en est fière !

L’absence de pluralité dans le monde de la presse n’est plus une surprise. Au second tour de l’élection présidentielle de 2012, 74 % des journalistes avaient en effet voté Hollande.

5 ans ont passé, mais les jour­nal­istes n’ont pas changé. C’est en tout cas ce que laisse à penser une pho­to pub­liée par un jour­nal­iste des Inrocks (et depuis retirée, on com­prend pourquoi…), Christophe Con­te.

« On a voté à la rédac ! », twee­t­ait fière­ment M. Con­te, large­ment repris sur les réseaux soci­aux. Comme on peut le voir, le posi­tion­nement idéologique des jour­nal­istes des Inrocks laisse peu de place au doute…

Benoît Hamon est large­ment en tête (avec 23 voix !), suivi par Jean-Luc Mélen­chon (12) et Emmanuel Macron (11). Même Philippe Poutou (3) et Nathalie Arthaud (1) récoltent quelques suf­frages. On recense aus­si 1 vote nul et 3 votes blancs. En revanche, les lignes con­sacrées à François Fil­lon ou, pire, Marine Le Pen, sont dés­espéré­ment vides. Faut-il s’en étonner ?

Une preuve de plus, s’il en était besoin, pour con­stater l’hégé­monie idéologique qui règne bien sou­vent dans de nom­breux jour­naux… Car out­re le vote de 2012 et ses 74 % en faveur de François Hol­lande, le phénomène peut s’ap­pli­quer à chaque élec­tion depuis main­tenant plusieurs années, voire décennies.

En effet, en avril 2001, une enquête télé­phonique menée auprès de 130 jour­nal­istes représen­tat­ifs révélait que 63 % d’en­tre eux s’ap­prê­taient à vot­er à gauche (Lionel Jospin en tête), con­tre 6 % pour le cen­tre et la droite, et aucun vote pour Jean-Marie Le Pen. Un con­stat qui fai­sait alors dire à Jean-François Kahn que « les jour­nal­istes, dans leur immense majorité issus qu’ils sont du même milieu, for­més à la même école, fréquen­tant les mêmes espaces, por­teurs des mêmes valeurs, imprégnés du même dis­cours, façon­nés par la même idéolo­gie, struc­turés par les mêmes références, ayant sou­vent con­nu la même évo­lu­tion ou le même cur­sus, finis­sent pas penser presque tous pareils ».

En 2017 encore, nous ne pou­vons que dress­er le même constat.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.