Accueil | Actualités | Médias | La rédaction des Inrocks vote à gauche, et en est fière !
Pub­lié le 21 avril 2017 | Éti­quettes : ,

La rédaction des Inrocks vote à gauche, et en est fière !

L'absence de pluralité dans le monde de la presse n'est plus une surprise. Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, 74 % des journalistes avaient en effet voté Hollande.

5 ans ont passé, mais les journalistes n'ont pas changé. C'est en tout cas ce que laisse à penser une photo publiée par un journaliste des Inrocks (et depuis retirée, on comprend pourquoi...), Christophe Conte.

« On a voté à la rédac ! », tweetait fièrement M. Conte, largement repris sur les réseaux sociaux. Comme on peut le voir, le positionnement idéologique des journalistes des Inrocks laisse peu de place au doute...

Benoît Hamon est largement en tête (avec 23 voix !), suivi par Jean-Luc Mélenchon (12) et Emmanuel Macron (11). Même Philippe Poutou (3) et Nathalie Arthaud (1) récoltent quelques suffrages. On recense aussi 1 vote nul et 3 votes blancs. En revanche, les lignes consacrées à François Fillon ou, pire, Marine Le Pen, sont désespérément vides. Faut-il s'en étonner ?

Une preuve de plus, s'il en était besoin, pour constater l'hégémonie idéologique qui règne bien souvent dans de nombreux journaux... Car outre le vote de 2012 et ses 74 % en faveur de François Hollande, le phénomène peut s'appliquer à chaque élection depuis maintenant plusieurs années, voire décennies.

En effet, en avril 2001, une enquête téléphonique menée auprès de 130 journalistes représentatifs révélait que 63 % d'entre eux s'apprêtaient à voter à gauche (Lionel Jospin en tête), contre 6 % pour le centre et la droite, et aucun vote pour Jean-Marie Le Pen. Un constat qui faisait alors dire à Jean-François Kahn que « les journalistes, dans leur immense majorité issus qu’ils sont du même milieu, formés à la même école, fréquentant les mêmes espaces, porteurs des mêmes valeurs, imprégnés du même discours, façonnés par la même idéologie, structurés par les mêmes références, ayant souvent connu la même évolution ou le même cursus, finissent pas penser presque tous pareils ».

En 2017 encore, nous ne pouvons que dresser le même constat.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

36% récolté
Objec­tif : févri­er 2019 ! Nous avons récolté 710,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux