Accueil | Actualités | Médias | La Quinzaine littéraire « en danger de mort » selon Maurice Nadeau
Pub­lié le 16 mai 2013 | Éti­quettes : , , ,

La Quinzaine littéraire « en danger de mort » selon Maurice Nadeau

La Quinzaine littéraire est confrontée à de graves difficultés financières qui placent celle-ci en grande délicatesse financière.

« C’est de mort en effet, qu’est menacée La Quinzaine littéraire : pas dans six mois, pas dans un an, comme elle l’a souvent été durant les 47 années de son existence, mais dans les semaines qui viennent », écrit Maurice Nadeau, son directeur historique âgé de 102 ans.

Dans le numéro du 16 mai, l’éditeur propose ainsi de créer une société participative avec deux collèges, l’un comprenant les lecteurs et amis de la Quinzaine, l’autre les collaborateurs. Objectif : recapitaliser la société mère, la SELIS, avec une entrée à 100 euros minimum. Les dons ont commencé à arriver, grâce à un appel lancé sur internet. La somme de 50 000 euros est nécessaire pour affronter la baisse des abonnements, la chute des ventes en kiosque et les coûts de diffusion facturés par Presstalis. L’ancien président de Courrier international et de Télérama, Philippe Thureau-Dangin conseillera la nouvelle société participative chargée du sauvetage.

Maurice Nadeau, intellectuel marqué à gauche et éditeur mythique (Malcolm Lowry, Henry Miller, Witold Gombrowicz, Georges Perec, etc...) a publié dans la Quinzaine littéraire des critiques de la plupart des grands intellectuels de l’après-guerre. Elle revendique plus de 800 collaborateurs et 48 000 articles parus depuis sa première parution en 1966. Il serait en effet dommage que tout cela s’arrête brutalement...

Crédit photo : montage OJIM (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux