L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La loi Bichet en question

22 mai 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La loi Bichet en question

La loi Bichet en question

22 mai 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Si le nom de Robert Bichet — ancien député MRP de la IVème République — survit, c’est grâce à la loi éponyme de 1947, la loi Bichet. Cette loi garantit à tout titre de pouvoir être vendu sur tous les points de ventes en France. C’est ce qui est remis en cause en 2019.

Des NMPP à Presstalis

Un accord non écrit entre gaullistes et com­mu­nistes dans l’immédiat après-guerre, don­nait à ces derniers un mono­pole dans l’imprimerie et la dis­tri­b­u­tion de la presse écrite via le syn­di­cat du Livre. Cette sit­u­a­tion de mono­pole dans les imprimeries dites de labeur et dans les Nou­velles Mes­sageries de la Presse Parisi­enne, dev­enues Presstal­is en 2009, engen­dr­era de nom­breux sur­coûts, coulages et scan­dales divers. Entretemps, le nom­bre de titres dis­tribués aug­mente con­sid­érable­ment alors que le nom­bre de points de ventes est qua­si divisé par deux entre 1947 et 2017. De refi­nance­ments en restruc­tura­tions, Presstal­is (qui a le mono­pole de la dis­tri­b­u­tion des quo­ti­di­ens) ne survit que grâce à l’argent public .

Changer la loi Bichet

Le marché est partagé entre Presstal­is, plom­bé par 400M€ de dettes et la société privée MLP (Mes­sageries Lyon­nais­es de Presse) à l’équilibre. Le pro­jet de loi en dis­cus­sion au Sénat prévoit une évo­lu­tion en qua­tre temps :

  1. Le statu coopératif, com­mun à Presstal­is et MLP serait main­tenu, ain­si que l’obligation de dis­tri­b­u­tion de la presse poli­tique et d’information générale.
  2. L’Autorité de régu­la­tion des télé­com­mu­ni­ca­tions élec­tron­iques et des postes (ARCEP) deviendrait autorité de tutelle.
  3. Des acteurs non coopérat­ifs pour­raient être asso­ciées à des sociétés de dis­tri­b­u­tion coopéra­tives. Presstal­is (après aban­don de sa dette auprès de l’État) pour­rait s’associer à un poids lourd comme La Poste.
  4. Les titres hors presse poli­tique et d’information générale ne seraient plus dis­tribués automa­tique­ment. Pour les titre dits « ludiques » (la déf­i­ni­tion reste vague, la presse éro­tique est-elle « ludique » au même titre que les mots croisés ? Et la presse peo­ple ?) la lib­erté de les inclure dans leur dis­tri­b­u­tion serait lais­sée aux dif­fuseurs. Pour les autres titres, comme les innom­brables revues spé­cial­isées (his­toire, cui­sine, sport, brico­lage, région­al­isme etc), des accords inter­pro­fes­sion­nels seraient négo­ciés entre édi­teurs et distributeurs.

Une belle foire d’empoigne en perspective.

Voir aussi

Presstal­is entre deux eaux mais pas sor­ti d’affaire

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés