Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La Croix : peace and love à Saint-Denis

23 février 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La Croix : peace and love à Saint-Denis

La Croix : peace and love à Saint-Denis

Mi-février 2017, tous les médias titrent sur « l’affaire Théo », dont le prénom est cité, une fois n’est pas coutume, du fait de sa consonance européenne. La Croix n’y échappe pas, François Ernenwein lui consacrant son éditorial du 14 février.

La nuit a été com­pliquée dans plusieurs villes de ban­lieue, Bobigny, Saint Denis ou Aulnay, là où Théo a été arrêté par 4 policiers le 2 févri­er. L’un d’eux est soupçon­né de viol. Les témoignages des policiers et les vidéos évo­quent une alter­ca­tion autour du con­trôle d’un deal­er. La nuit suiv­ante sera tout aus­si agitée.

« Ils sont où les parents ? »

Entre le 13 et le 15 févri­er, des groupes de 400 à 500 jeunes affron­tent de nuit les forces de l’ordre. La plu­part sont mineurs. Le 15 févri­er, une jeune femme de Bobigny inter­rogée sur France Inter déclare : « je suis dèg, on veut aider Théo et eux ils font n’importe quoi. Ils sont où les par­ents ? ». Les ten­sions sont telles que nom­bre d’observateurs craig­nent une flam­bée de vio­lence du même ordre que celles de 2005. D’autant que des per­son­nal­ités jet­tent de l’huile sur le feu le 15 févri­er en pub­liant une tri­bune dans Libéra­tion, quo­ti­di­en goû­tant les Unes « provo­ca­tri­ces », dans laque­lle elles qual­i­fient les 4 policiers mis en exa­m­en « d’agents du désor­dre » et de « bre­bis galeuses ». Sans sur­prise, Bal­asko, Py, Auf­fray, Bru­el ou Roumanoff fig­urent par­mi les prin­ci­paux sig­nataires.

Qui doit être mis hors d’état de nuire ?

Pour l’éditorialiste de La Croix, « Les appels au calme sont devenus indis­pens­ables, appuyés sur les déc­la­ra­tions de Théo lui-même : « soyons unis, stop à la guerre ». Les mots son­nent d’autant plus forts que l’éditorial paraît à côté du grand titre de Une de La Croix, ce 14 févri­er : Alep, la vie dans les ruines. Reportage dans la ville désor­mais réu­nifiée mais où les con­di­tions de vie sont rudes. Car pour Ernen­wein, l’inquiétude prin­ci­pale est là : « il faut met­tre d’urgence hors d’état de nuire ceux qui pra­tiquent — de part et d’autre — la stratégie de la ten­sion. Beau­coup rêvent d’une mon­tée aux extrêmes » et par­ti­c­ulière­ment « ceux qui pro­fessent le kärcher et encour­a­gent la pra­tique désor­mais très répan­due du con­trôle au faciès ». Il s’agit d’éviter « d’abandonner le haut du pavé à ceux qui comptent prospér­er en jouant avec le feu ». Une solu­tion con­siste à « façon­ner un nou­veau paysage ».

Sous la Flèche de la Basilique, la paix ?

Dès lors, La Croix inter­roge sur du con­cret urgent en page 4 : Faut-il recon­stru­ire la flèche de la Basilique Saint Denis ? L’écrivain Erik Ors­en­na est « pour » car « recon­stru­ire est une manière de faire vivre la République ». Tan­dis que des cen­taines de jeunes issus de l’immigration chantent en courant, pavés en mains, à prox­im­ité de l’édifice. . .

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.