Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Baromètre annuel 2021 La Croix Kantar : les médias de grand-chemin toujours aussi déconsidérés

2 février 2021

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Baromètre annuel 2021 La Croix Kantar : les médias de grand-chemin toujours aussi déconsidérés

Baromètre annuel 2021 La Croix Kantar : les médias de grand-chemin toujours aussi déconsidérés

Ils ne comprennent toujours pas pourquoi mais les médias dits officiels suscitent toujours autant la défiance des Français. C’est ce que montre une fois de plus le baromètre annuel réalisé par Kantar pour le quotidien La Croix et rendu public le 26 janvier 2021.

Le baromètre 2021 porte sur la con­fi­ance que les Français ont accordée aux médias en 2020. C’est le 34e baromètre de cet ordre, rai­son pour laque­lle il est scruté avec atten­tion par tous les acteurs de la presse mais aus­si du monde politique.

D’année en année, ce baromètre a mon­tré la dégra­da­tion expo­nen­tielle de la con­fi­ance envers les médias de grand-chemin. Il en va de même pour 2020, même si La Croix préfère min­imiser ain­si : La crise du Covid-19 réc­on­cilie (un peu) les Français et les médias. Une anti­enne reprise un peu partout le jour même, en par­ti­c­uli­er dans tous les jour­naux de Fran­ce­in­fo. La réal­ité est que mal­gré la crise san­i­taire, la con­fi­ance des Français envers les médias con­sid­érés comme offi­ciels ne s’améliore pas.

Les principaux enseignements qui ressortent du baromètre

Selon La Croix : « 2020 restera une année excep­tion­nelle pour l Jamais un sujet, avant la crise san­i­taire, navait autant dom­iné lactu­al­ité sur une durée aus­si longue. Rarement les Français navaient autant lu, écouté et regardé des médias, en loccur­rence pour sinformer sur cette pandémie et ses con­séquences, qui les con­cer­nent directe­ment. » Qui plus est nous seri­ons plutôt sym­pa­thiques, faisant « preuve de lucid­ité dans les reproches » que nous adres­sons aux médias et l’utilité que nous leur accordons.

Le plus impor­tant, et La Croix, comme les autres médias de grand-chemin, veut le croire : les Français « se sen­tent plutôt bien infor­més par leurs médias de prédilec­tion ». Évidem­ment, La Croix par­le des médias dits offi­ciels. Le quo­ti­di­en ne se pose pour­tant pas la seule ques­tion qui vaille ici : pourquoi tant de Français, au point que l’idéologie dom­i­nante sonne le bran­le-bas de com­bat con­tre eux, se tour­nent vers les médias extérieurs à cette même idéolo­gie dominante ?

Maintien de la défiance

Plusieurs points pré­cis sont à relever : 67 % des Français ont suivi l’actualité liée au covid. Il était dif­fi­cile de faire autrement tant celle-ci a occupé l’espace public.

Les Français pensent-ils que « les choses se sont passées » comme les médias l’ont racon­té ? 42 % de oui pour la télévi­sion, 48 % pour la presse papi­er, 52 % pour la radio. + 2 dans les trois cas. Pas de quoi fou­et­ter un chat ni par­ler de con­fi­ance s’améliorant, même un peu, plutôt de main­tien de la défi­ance. D’autant que 28 % des Français font con­fi­ance à l’information recueil­lie sur inter­net, soit dans ce cas + 5. Autrement dit, les Français font de plus en plus con­fi­ance à inter­net (ce que juste­ment l’idéologie dom­i­nante tend à com­bat­tre) qu’aux médias tra­di­tion­nels. Pour­tant, La Croix voit dans ces don­nées une crédi­bil­ité en hausse.

Les jour­nal­istes sont-ils indépen­dants ? Les deux tiers des Français pensent que non, presque autant quant aux pres­sions liées au monde de la finance. Pour­tant, le quo­ti­di­en voit aus­si une « amélio­ra­tion ».

Con­cer­nant le traite­ment de la crise san­i­taire, les prin­ci­pales don­nées sont que les médias de grand chemin ont trop accordé la parole à des incom­pé­tents ou à des extrémistes, drama­tisé les évène­ments, relayé de fauss­es infor­ma­tions (58 % tout de même. Cela fait quelques fake news…). Ils auraient un peu per­mis de bien com­pren­dre ce qui se pas­sait mais pas du tout per­mis de réduire l’incertitude liée à la situation.

Con­cer­nant « les infox », La Croix est mal à l’aise. Si les médias tra­di­tion­nels ont relayé tant d’infox ou de « thès­es com­plo­tistes » (mais qu’est-ce donc qu’une thèse com­plo­tiste ?), c’est à cause de la « demande immé­di­ate de répons­es sur l’épidémie », pas du tout parce que ces médias iraient plus vite que la musique de l’information, préférant expos­er n’importe quoi en masse plutôt que de respecter cer­tains principes de base, comme la véri­fi­ca­tion des informations.

Les médias répon­dent-ils aux attentes des Français ? Glob­ale­ment, la réponse serait oui. Une ques­tion naît alors : pourquoi la défi­ance des Français ne cesse-t-elle de progresser ?

Un baromètre tou­jours aus­si intéres­sant en ce qu’il traduit une réal­ité : la France n’a pas con­fi­ance dans l’information qui lui est quo­ti­di­en­nement imposée. Il y a sans doute là une des raisons du gouf­fre qui se creuse entre le pays légal des pseu­do élites et le pays réel des vrais gens. Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.