Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Kamel Daoud élu « journaliste de l’année »

20 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Kamel Daoud élu « journaliste de l’année »

Kamel Daoud élu « journaliste de l’année »

L’année dernière, le prix avait été décerné à la rédaction de Charlie Hebdo, touchée par une attaque islamiste le 7 janvier 2015. Cette année, c’est Kamel Daoud, écrivain et (ancien ?) journaliste algérien francophone, qui a été récompensé.

Jeu­di 14 avril, devant une cinquan­taine de per­son­nes, dont le gratin de l’élite jour­nal­is­tique (Lau­rent Jof­frin, Philippe Labro, PPDA, Chris­tine Ock­rent, FOG, etc.) et le Pre­mier min­istre Manuel Valls, ce dernier s’est vu décern­er le prix Jean-Luc Lagardère du jour­nal­iste de l’an­née. Pre­mier para­doxe : on décerne un prix de jour­nal­isme à un homme qui, depuis qu’il a été visé par une fat­wa, a offi­cielle­ment renon­cé au jour­nal­isme.

Sec­ond para­doxe : il est curieux de voir l’in­tel­li­gentsia parisi­enne, con­nue pour sa dis­tance vis-à-vis des faits, récom­penser celui qui, en févri­er dernier, s’est attiré les foudres d’une ving­taine d’u­ni­ver­si­taires pour un arti­cle à con­tre-courant sur les vio­ls de Cologne. Dans Le Monde du 31 jan­vi­er 2016, l’écrivain expli­quait en effet à quel point l’ac­cueil du réfugié était atteint par une « sur­dose de naïveté ».

En effet, selon lui, l’im­mi­gré sauvera certes son corps en se ren­dant en Europe, mais n’a­ban­don­nera pas pour autant sa cul­ture. Une cul­ture arabo-musul­mane où règ­nent la « mis­ère sex­uelle » et le « rap­port malade à la femme, au corps et au désir ». Ain­si, « l’ac­cueil­lir n’est pas le guérir », esti­mait-il. Et d’a­jouter : « Le rap­port à la femme est le nœud gor­di­en, le sec­ond dans le monde d’Allah. La femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfer­mée ou pos­sédée. »

Un dis­cours réal­iste qui, for­cé­ment, a forte­ment déplu aux gar­di­ens de la pen­sée cor­recte. Tou­jours dans le quo­ti­di­en du soir, une ving­taine d’u­ni­ver­si­taires avaient donc pub­lié une tri­bune pour dénon­cer « une série de lieux com­muns navrants sur les réfugiés orig­i­naires de pays musul­mans ». Pour eux, Kamel Daoud « recy­cle les clichés ori­en­tal­istes les plus éculés » et par­ticipe à « la banal­i­sa­tion des dis­cours racistes affublés des ori­peaux d’une pen­sée human­iste qui ne s’est jamais si mal portée ».

C’est pourquoi ce jeu­di 14 avril, à la Mai­son des Champs-Élysées dans le 8ème arrondisse­ment, l’élite du jour­nal­isme a pris toutes les pincettes néces­saires en appelant à éviter d’être « l’ar­bi­tre des élé­gances morales ou de soutenir des dérives pou­jadistes ». Le mes­sage est passé. De son côté, Manuel Valls, pru­dent, s’est adressé au chroniqueur du Point en ces mots : « Je suis face à un dilemme : vous soutenir, c’est vous met­tre en dif­fi­culté. Pour­tant, je ne veux pas vous laiss­er seul. »

Mais pour Téléra­ma, il y a « une forme de gêne à regarder une élite parisi­enne accueil­lir des per­son­nes per­sé­cutées de par le monde et dev­enues des sym­bol­es ». En effet, depuis 2012, date à laque­lle un prédi­ca­teur islamiste a lancé une fat­wa con­tre lui, récla­mant son exé­cu­tion publique pour apos­tasie, Kamel Daoud vit dans une semi-clan­des­tinité dans sa ville d’O­ran, en Algérie. Depuis cet événe­ment, il a annon­cé renon­cer offi­cielle­ment au jour­nal­isme.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision