Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Une journaliste américaine « choquée » par le parti-pris des journalistes français

24 juillet 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Une journaliste américaine « choquée » par le parti-pris des journalistes français

Une journaliste américaine « choquée » par le parti-pris des journalistes français

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 14/06/2017]

Si elle n’a pas déchaîné les passions outre-Atlantique, l’élection présidentielle française a néanmoins été couverte, sur le tard, par les médias américains. Deux candidats étaient au centre de l’actualité : Marine Le Pen, la « populiste », et Emmanuel Macron, « l’outsider », vu comme un rempart contre les extrêmes.

Mais au-delà de l’aspect poli­tique, le traite­ment jour­nal­is­tique français a égale­ment inter­pel­lé. Cor­re­spon­dante de CNN en France, Melis­sa Bell a livré, dans un entre­tien à L’Obs, son ressen­ti sur cette élec­tion et la cou­ver­ture médi­a­tique qui en a été faite des deux côtés de l’At­lan­tique. Ain­si, mal­gré l’in­térêt tardif pour le scrutin (axé autour du can­di­dat Macron et de son cou­ple), la jour­nal­iste fran­co-bri­tan­nique con­state une erreur com­mise par les médias français : un par­ti-pris très mar­qué.

Face à la mon­tée du pop­ulisme et à l’émer­gence des « fake news », il con­vient désor­mais pour la presse tra­di­tion­nelle de « faire très atten­tion ». « Les médias français ont encore à faire ce tra­vail sur eux-mêmes », con­state-t-elle. Et de pour­suiv­re : « J’ai été choquée d’en­ten­dre des jour­nal­istes exprimer leur opin­ion sur des can­di­da­tures en pleine cam­pagne. En tombant dans ce piège, on fait le jeu du pop­ulisme. »

Selon cette dernière, « c’est la pre­mière fois qu’une généra­tion de jour­nal­istes est con­fron­tée au pop­ulisme dans nos pays et ça nous remet en ques­tion ». Une référence à la fois au Front Nation­al, mais aus­si à Don­ald Trump et au Brex­it, qui ont été vécus comme autant de trau­ma­tismes par une large par­tie des médias insti­tu­tion­nels. Au final, l’élec­tion d’Em­manuel Macron aura été un soulage­ment pour beau­coup.

À l’avenir, Melis­sa Bell estime qu’il fau­dra aux médias français se tourn­er vers un mod­èle à l’an­g­lo-sax­onne, ce qui est déjà bien amor­cé, avec un jour­nal­isme basé majori­taire­ment sur le « fact-check­ing ». En d’autres ter­mes, la chas­se aux fauss­es infor­ma­tions, avec un « retour aux faits ».

Néan­moins, l’é­ton­nement de cette jour­nal­iste face au par­ti-pris des médias français en faveur de Macron ne cache-t-il pas un malaise par rap­port à ses pro­pres méth­odes ? Car ce que Melis­sa Bell oublie de dire, c’est que lors de la cam­pagne pour l’élection prési­den­tielle améri­caine, la qua­si-total­ité des médias améri­cains ont soutenu ouverte­ment Hillary Clin­ton, faisant preuve d’une hos­til­ité décu­plée à l’é­gard de Don­ald Trump… Et CNN n’a pas fait excep­tion à la règle, bien au con­traire. La chaîne n’a-t-elle pas été rebap­tisée « Clin­ton News Net­work » par les Répub­li­cains ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.