Accueil | Actualités | Médias | Une journaliste américaine « choquée » par le parti-pris des journalistes français
Pub­lié le 24 juillet 2017 | Éti­quettes : ,

Une journaliste américaine « choquée » par le parti-pris des journalistes français

[Rediffusions estivales 2017 – article publié initialement le 14/06/2017]

Si elle n'a pas déchaîné les passions outre-Atlantique, l'élection présidentielle française a néanmoins été couverte, sur le tard, par les médias américains. Deux candidats étaient au centre de l'actualité : Marine Le Pen, la « populiste », et Emmanuel Macron, « l'outsider », vu comme un rempart contre les extrêmes.

Mais au-delà de l'aspect politique, le traitement journalistique français a également interpellé. Correspondante de CNN en France, Melissa Bell a livré, dans un entretien à L'Obs, son ressenti sur cette élection et la couverture médiatique qui en a été faite des deux côtés de l'Atlantique. Ainsi, malgré l'intérêt tardif pour le scrutin (axé autour du candidat Macron et de son couple), la journaliste franco-britannique constate une erreur commise par les médias français : un parti-pris très marqué.

Face à la montée du populisme et à l'émergence des « fake news », il convient désormais pour la presse traditionnelle de « faire très attention ». « Les médias français ont encore à faire ce travail sur eux-mêmes », constate-t-elle. Et de poursuivre : « J'ai été choquée d'entendre des journalistes exprimer leur opinion sur des candidatures en pleine campagne. En tombant dans ce piège, on fait le jeu du populisme. »

Selon cette dernière, « c'est la première fois qu'une génération de journalistes est confrontée au populisme dans nos pays et ça nous remet en question ». Une référence à la fois au Front National, mais aussi à Donald Trump et au Brexit, qui ont été vécus comme autant de traumatismes par une large partie des médias institutionnels. Au final, l'élection d'Emmanuel Macron aura été un soulagement pour beaucoup.

À l'avenir, Melissa Bell estime qu'il faudra aux médias français se tourner vers un modèle à l'anglo-saxonne, ce qui est déjà bien amorcé, avec un journalisme basé majoritairement sur le « fact-checking ». En d'autres termes, la chasse aux fausses informations, avec un « retour aux faits ».

Néanmoins, l'étonnement de cette journaliste face au parti-pris des médias français en faveur de Macron ne cache-t-il pas un malaise par rapport à ses propres méthodes ? Car ce que Melissa Bell oublie de dire, c'est que lors de la campagne pour l’élection présidentielle américaine, la quasi-totalité des médias américains ont soutenu ouvertement Hillary Clinton, faisant preuve d'une hostilité décuplée à l'égard de Donald Trump... Et CNN n'a pas fait exception à la règle, bien au contraire. La chaîne n'a-t-elle pas été rebaptisée « Clinton News Network » par les Républicains ?

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This