Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jonathan Guémas, nouvelle plume du président Macron

23 octobre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Jonathan Guémas, nouvelle plume du président Macron

Jonathan Guémas, nouvelle plume du président Macron

Sylvain Fort ne sera finalement pas tout seul pour écrire les discours d’Emmanuel Macron à l’Élysée et tenter de surveiller comme le lait sur le feu les tumultueuses relations entre Sibeth Ndiaye et les journalistes, fussent-ils mainstream. Le 1er octobre 2018, en effet, une autre plume, jusque-là au cabinet de Gérard Collomb, rejoint l’Élysée. Il s’agit de Jonathan Guémas.

Cadeau d’adieu de Gérard Collomb : Jonathan Guémas, un produit lyonnais

Jusque-là il était « con­seiller stratégie, prospec­tive et dis­cours » au cab­i­net de Gérard Col­lomb qui est son men­tor en poli­tique. Passé par la pré­pa lit­téraire du lycée Châteaubriand (2005–2008) puis l’école nor­male supérieure de Lyon (2008–2014) il est chargé de rédac­tion au cab­i­net de Gérard Col­lomb alors prési­dent du Grand Lyon (2010–2014) puis logique­ment con­seiller « com­mu­ni­ca­tions publiques, études, prospec­tives » auprès du même jusqu’en 2017. Il est nom­mé au cab­i­net de Gérard Col­lomb le 21 juin 2017. Fort logique­ment, on le retrou­ve au con­seil fédéral de la fédéra­tion PS du Rhône en 2015 – au temps, pas si loin­tain, où le PS était encore une force poli­tique.

Prendre le temps d’expliquer

« Au sein de l’équipe de Syl­vain Fort il œuvr­era à la rédac­tion des dis­cours prési­den­tiels, en tant que con­seiller tech­nique », pré­cise Acteurs publics (8/10/2018). Sa muta­tion, annon­cée dans Paris Match le 21 sep­tem­bre dernier, était un signe avant-coureur de la sec­onde démis­sion – défini­tive celle-là – de Gérard Col­lomb, qui était dans les tuyaux depuis début sep­tem­bre, et sonne comme un ultime cadeau d’adieu.

Paris Match explique pourquoi : « Sur fond de pré­pa­ra­tion aux élec­tions européennes de mai 2019, la pri­or­ité est « de pren­dre le temps d’expliquer ». A force d’enchaîner les réformes sans grande dif­fi­culté, l’exécutif con­fesse avoir nég­ligé « l’exercice de la péd­a­gogie » auprès des Français. Le chef de l’État réflé­chit ain­si à une prise de parole en octo­bre ».

Il y a beau­coup à faire oubli­er aux Français : mon­tée des sou­verain­ismes en Europe (Alle­magne, Ital­ie, Autriche), les retombées de Benal­la, les cafouil­lages du remaniement, la hausse des car­bu­rants, le gel des retraites et celui des allo­ca­tions sociales, les coupes à la hache des allo­ca­tions pour le loge­ment (APL) dès les européennes passées, le prélève­ment à la source sans oubli­er la forte hausse de l’insécurité soulignée maligne­ment par Gérard Col­lomb lors de son départ de l’Intérieur. Jonathan Gué­mas, qui n’a plus son men­tor lyon­nais pour le cor­na­quer, a du pain sur la planche.

Source pho­to : pro­fil Face­book de Jonathan Gué­mas

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.