Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jonathan Guémas, nouvelle plume du président Macron

23 octobre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Jonathan Guémas, nouvelle plume du président Macron

Jonathan Guémas, nouvelle plume du président Macron

Sylvain Fort ne sera finalement pas tout seul pour écrire les discours d’Emmanuel Macron à l’Élysée et tenter de surveiller comme le lait sur le feu les tumultueuses relations entre Sibeth Ndiaye et les journalistes, fussent-ils mainstream. Le 1er octobre 2018, en effet, une autre plume, jusque-là au cabinet de Gérard Collomb, rejoint l’Élysée. Il s’agit de Jonathan Guémas.

Cadeau d’adieu de Gérard Collomb : Jonathan Guémas, un produit lyonnais

Jusque-là il était « con­seiller stratégie, prospec­tive et dis­cours » au cab­i­net de Gérard Col­lomb qui est son men­tor en poli­tique. Passé par la pré­pa lit­téraire du lycée Châteaubriand (2005–2008) puis l’école nor­male supérieure de Lyon (2008–2014) il est chargé de rédac­tion au cab­i­net de Gérard Col­lomb alors prési­dent du Grand Lyon (2010–2014) puis logique­ment con­seiller « com­mu­ni­ca­tions publiques, études, prospec­tives » auprès du même jusqu’en 2017. Il est nom­mé au cab­i­net de Gérard Col­lomb le 21 juin 2017. Fort logique­ment, on le retrou­ve au con­seil fédéral de la fédéra­tion PS du Rhône en 2015 – au temps, pas si loin­tain, où le PS était encore une force politique.

Prendre le temps d’expliquer

« Au sein de l’équipe de Syl­vain Fort il œuvr­era à la rédac­tion des dis­cours prési­den­tiels, en tant que con­seiller tech­nique », pré­cise Acteurs publics (8/10/2018). Sa muta­tion, annon­cée dans Paris Match le 21 sep­tem­bre dernier, était un signe avant-coureur de la sec­onde démis­sion – défini­tive celle-là – de Gérard Col­lomb, qui était dans les tuyaux depuis début sep­tem­bre, et sonne comme un ultime cadeau d’adieu.

Paris Match explique pourquoi : « Sur fond de pré­pa­ra­tion aux élec­tions européennes de mai 2019, la pri­or­ité est « de pren­dre le temps d’expliquer ». A force d’enchaîner les réformes sans grande dif­fi­culté, l’exécutif con­fesse avoir nég­ligé « l’exercice de la péd­a­gogie » auprès des Français. Le chef de l’État réflé­chit ain­si à une prise de parole en octo­bre ».

Il y a beau­coup à faire oubli­er aux Français : mon­tée des sou­verain­ismes en Europe (Alle­magne, Ital­ie, Autriche), les retombées de Benal­la, les cafouil­lages du remaniement, la hausse des car­bu­rants, le gel des retraites et celui des allo­ca­tions sociales, les coupes à la hache des allo­ca­tions pour le loge­ment (APL) dès les européennes passées, le prélève­ment à la source sans oubli­er la forte hausse de l’insécurité soulignée maligne­ment par Gérard Col­lomb lors de son départ de l’Intérieur. Jonathan Gué­mas, qui n’a plus son men­tor lyon­nais pour le cor­na­quer, a du pain sur la planche.

Source pho­to : pro­fil Face­book de Jonathan Guémas

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.