Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
INA Global : « un autre regard sur les médias »

31 août 2014

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | INA Global : « un autre regard sur les médias »

INA Global : « un autre regard sur les médias »

L’Institut National de l’Audiovisuel, entreprise publique culturelle de l’audiovisuel chargée de la sauvegarde, de la valorisation et de la transmission de notre patrimoine audiovisuel et financé par la redevance, a lancé en mars dernier une revue papier, INA Global. Celle-ci fait écho à la revue numérique éponyme (www.inaglobal.fr) qui prend petit à petit sa place sur la toile depuis 2010. Analyse des deux premiers numéros et de son positionnement.

L’aven­ture INA Glob­al débute avec le lance­ment du site en 2010. Elle se donne pour mis­sion d’être la revue des indus­tries créa­tives et des médias, de décrypter leur fonc­tion­nement et de cou­vrir, tou­jours avec du recul, leur actu­al­ité. Grâce à un réseau inter­na­tion­al de 400 experts, la revue numérique trou­ve peu à peu un pub­lic jeune (plus de 70% des lecteurs ont moins de 34 ans), des étu­di­ants ou des act­ifs, chercheurs, enseignants et pro­fes­sion­nels des indus­tries con­cernées. « Nous sommes par­ti­c­ulière­ment bien placés pour observ­er ce qui se pro­duit dans les médias, puisque l’I­NA col­lecte l’ensem­ble des con­tenus médi­a­tiques », jus­ti­fie François Quiton, respon­s­able édi­to­r­i­al de la revue.

Positionnement

INA Global n°1

INA Glob­al n°1

Fort de cette posi­tion de car­refour, l’en­tre­prise lance donc une for­mule papi­er, notam­ment pour touch­er un pub­lic plus âgé. Elle ne con­cerne que les médias, délais­sant les indus­tries créa­tives et s’adresse d’ailleurs directe­ment à ses pro­fes­sion­nels : « les médias sont partout […] il est donc urgent de réfléchir à nos métiers » peut-on lire dans l’édi­to du pre­mier numéro. Mais mise en vente en librairie, elle peut théorique­ment être lue par tous. Quant au cre­do, c’est le même que pour le site : « nous voulons tra­vailler sur le temps long, chercher le recul et don­ner de la per­spec­tive à l’ac­tu­al­ité, que nous ne com­men­tons donc pas à chaud », comme l’ex­pli­quait Math­ieu Gal­let, alors à la tête de l’I­NA.

Cette revue trimestrielle n’est pas vrai­ment un mag­a­zine, mais un « mooc », ce nou­veau for­mat hybride, à mi-chemin entre le livre et le mag­a­zine, de la taille d’une tablette et qui a voca­tion à rester dans une bib­lio­thèque. Dense, d’un très bon niveau intel­lectuel, il fait inter­venir de nom­breux experts et jour­nal­istes, leur don­nant la place pour dévelop­per leurs pro­pos. Nous vous pro­posons une analyse suc­cincte des deux pre­miers numéros, sor­tis en mars et juin dernier.

Des points de vue

D’abord la pre­mière par­tie, à nos yeux la plus mit­igée, celle de cour­tes inter­ven­tions, où des auteurs don­nent leurs avis. Cer­tains ne sont pas très orig­in­aux, d’autres sont intéres­sants, tel cet aveu dont l’Ojim se fait régulière­ment l’écho : « les 14 écoles de jour­nal­isme recon­nus par les pro­fes­sion­nels de la pro­fes­sion encour­a­gent par leur con­formisme, la repro­duc­tion du sys­tème et de ses out­ils for­matés ». D’autres, moral­istes, tombent comme un cheveu sur la soupe dans cette revue s’in­téres­sant plus à l’in­fra­struc­ture des médias qu’à leur super­struc­ture. On se demande donc un peu ce que font le bil­let de Xavier de La Porte sur le point God­win ou celui d’O­livi­er Wick­ers sur « des jour­nal­istes impuis­sants face au Front ». D’autres mis­es au point sont en revanche beau­coup plus à pro­pos, tel le cas d’I­gna­cio Cem­brero, jour­nal­iste espag­nol qui a démis­sion­né d’El Pais après sa mise au plac­ard pour un arti­cle qui n’a pas plu au Maroc.

Un dossier pluridisciplinaire

Clas­sique­ment, chaque numéro com­porte un dossier. Par­ti­c­ulière­ment intéres­sants, fouil­lés, ils valent vrai­ment la peine d’être lus. « Écran(s) mon amour » et « Temps poli­tique, temps médi­a­tique » analy­sent avec per­ti­nence les aspects his­torique, économique, socié­tal, tech­nologique, philosophique et bien sûr numérique, de ces thèmes sur nos vies.

Ils s’adressent par con­tre à un pub­lic aver­ti et cul­tivé, les auteurs étant tous ultra spé­cial­isés dans leur domaine. Dans le pre­mier numéro, l’his­toire de la chaîne d’Al Jazeera est pas­sion­nante, mais néces­site une bonne con­nais­sance de l’his­toire et de l’ac­tu­al­ité du Proche et Moyen Ori­ent. L’au­teur, Gilles Kepel, démon­tre à quel point Al Jazeera a été créé dans un clair but de pro­pa­gande. Par exten­sion, cela pose évidem­ment la ques­tion de savoir d’où par­lent les autres médias. Il explique égale­ment com­ment la chaîne qatarie, non con­tente d’avoir con­tribué au déclenche­ment des révo­lu­tions arabes, les ont placées dans les mains des Frères Musul­mans qui ne les avaient pas ini­tiées. Et com­ment le dis­crédit de cette mou­vance islamiste se réper­cute à son tour sur la chaîne…

Le dossier du deux­ième numéro sur les temps poli­tique et médi­a­tique com­porte égale­ment quelques excel­lents arti­cles. Notam­ment celui de Jacques Ger­stlé sur le cou­ple infor­ma­tion-com­mu­ni­ca­tion, se ter­mi­nant par « aujour­d’hui c’est un fait, les straté­gies d’in­for­ma­tion peu­vent s’avér­er plus influ­entes que les straté­gies de com­mu­ni­ca­tion con­trôlée ». Une con­clu­sion qui pose bien des ques­tions, car s’il y a stratégie d’in­for­ma­tion, c’est qu’il y a un but à attein­dre en délivrant ou pas l’in­for­ma­tion. Quel est-il ? De qui éma­nent les choix de cette stratégie ?

Le dossier évoque aus­si les jour­nal­istes à l’époque de Twit­ter et du temps court. L’in­ter­view de Franck Lou­vri­er, con­seiller pen­dant 15 ans de Nico­las Sarkozy pro­pose un excel­lent éclairage sur les rap­ports entre médias, com­mu­ni­ca­tion et poli­tique pour finale­ment expli­quer com­ment le numérique, les chaînes d’in­for­ma­tions en con­tinu et les réseaux soci­aux impactent nos insti­tu­tions et nos modes de vies.

INA Global n°2

INA Glob­al n°2

À ne pas man­quer égale­ment le pas­sion­nant arti­cle d’Yves Cit­ton, qui instau­re, en 11 principes, les médias comme fait poli­tique. Selon l’au­teur, il est temps d’ac­cepter que nous ne sommes pas dans une démoc­ra­tie, mais dans une médi­archie. Il dis­tingue notam­ment le peu­ple des publics, relate la course à la syn­chro­ni­sa­tion entre le moment où l’in­for­ma­tion est émise et celui où elle est reçue, course que nous entre­prenons depuis le XVIIIème siè­cle. Et développe la capac­ité d’at­tente comme moyen d’ac­tion au sein de la médi­archie, afin de sus­citer quelque peu de « médi­a­n­ar­chie ».

Photos

Un impor­tant port­fo­lio orne chaque numéro, avec quelques lignes de leur auteur pour expli­quer le con­texte des pho­tos et sa démarche au moment de les pren­dre. Le pho­tore­porter Ammar Abd Rab­bo expose ain­si son intéres­sant point de vue sur « la presse kalach­nikov », cette presse qui ne s’in­téresse qu’à des clichés de com­bats pour illus­tr­er et par­ler de la guerre, alors que tant d’autres dimen­sions pour­raient êtres abor­dées.

Entretiens

La revue offre aus­si l’oc­ca­sion à des per­son­nal­ités de s’ex­primer. Bernard Stiegler expose par exem­ple le rôle des puis­sances publiques dans le développe­ment du net, qui n’est absol­u­ment pas anodin. Les géants Face­book, Google et Ama­zon, ont ain­si béné­fi­cié de la volon­té tenace du gou­verne­ment améri­cain de les favoris­er et de les soutenir. Une démarche qu’est loin d’adopter l’Union Européenne. D’autres inter­views sont moins lumineuses, celle de Bruno Latour con­cer­nant le média comme mode d’ex­is­tence se lit ain­si dif­fi­cile­ment.

Conclusion

Une revue qui a l’énorme avan­tage du mooc : elle laisse la place à une idée pour s’ex­primer. Ammar Abd Rab­bo remar­que d’ailleurs dans le pre­mier numéro que l’in­for­ma­tion spé­cial­isé, fouil­lée et per­ti­nente ne se trou­ve plus que dans une presse sélec­tive et éli­tiste, type XXI. C’est en effet ces mooc qui sor­tent de la boucle habituelle de la presse, pren­nent du recul et livrent des infor­ma­tions pas­sion­nantes, aux­quels le pub­lic adhère. L’INA Glob­al est à lire donc, pour les fon­dus du fait médi­a­tique.

Crédit pho­to : page Face­book INA Glob­al (DR)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).