Accueil | Actualités | Médias | i-Télé : Le Penelopegate passée sous silence sur ordre de la direction ?
Pub­lié le 2 février 2017 | Éti­quettes : , ,

i-Télé : Le Penelopegate passée sous silence sur ordre de la direction ?

i>Télé a-t-il passé sous silence l'affaire de la femme de François Fillon ? C'est en tout cas ce que laisse entendre le site Les Jours.

Depuis plusieurs jours, le « Penelopegate » fait le tour de l'actualité médiatique. Révélée par le Canard Enchaîné, cette affaire de travail fictif de la femme de François Fillon met le candidat Républicain en difficulté. Sauf que le jour de la parution du Canard, i>Télé a passé l'affaire sous silence pendant de longues heures.

Ainsi, comme le rapportent Les Jours, la chaîne d'information en continu a tout d'abord évoqué le sujet brièvement à 6h du matin... puis plus rien jusqu'à 11h. Selon le site, c'est Serge Nedjar, le directeur de la rédaction, qui a « exigé que soit ôtée de l'antenne toute mention de l'affaire et ce plusieurs heures durant ». Ce dernier aurait donc contacté le rédacteur en chef de la chaîne afin qu'il donne l'ordre de taire tout ce qui concerne le Penelopegate. « Même du bandeau en bas de l'écran où déroulent les infos, tout disparaît. Rien sur le site d'i>Télé, black-out sur l'affaire Fillon », notent Les Jours.

Il aura fallu attendre que François Fillon prenne la parole pour voir enfin i>Télé se saisir du sujet. Pour justifier ce choix, Nedjar aurait plaidé le respect de la présomption d'innocence. Mais les journalistes de la chaîne préfèrent quant à eux parler d'incompétence et d'ordres intrusifs. Pour l'un d'eux, Serge Nedjar n'a « pas pris cette décision tout seul ». Une façon de pointer la responsabilité de l'actionnaire, Vincent Bolloré.

Nedjar, très proche du grand propriétaire, n'avait-il pas prévenu la rédaction lors de son arrivée à la tête d'i>Télé l'été dernier ? « Je serai l'homme à abattre, celui que vous allez détester », avait-il lancé...

Voir aussi : « Serge Nedjar, le général Tapioca à la tête d'i>Télé »

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux